Partager


On n’est jamais mieux trahi que par soi-même. Des travailleurs «Adéma-Boutique» avec la complicité d’un voleur professionnel et d’une dame ont enlevé dans la nuit du vendredi au samedi dernier 5 millions 700 milles Francs CFA.


Une première, selon les patrons de l’Adéma-Boutique.

jpg_billet_bceao.jpg
Aussitôt, les promoteurs de la boutique ont saisi la Brigade de Recherche du camp I de la Gendarmerie Nationale. Car, après constat, les soupçons pesaient lourd sur les travailleurs quand ont sait qu’aucune porte n’était défoncée. Après investigations, la Brigade de Recherche du Camp I a interpellé tous les employés. A l’interrogatoire, M. Boubacar Traoré, complice N°1 a reconnu les faits.

Mais comment ont-ils réussi ce coup ?

Selon les informations que nous avons recueillies, ce coup a été longuement préparé par Boubacar Traoré, lui qui a accès au magasin qui est le prolongement de la boutique. Après qu’il eut déplacé environ trois planchés servant de plafond, il informa le voleur Naby.

Ce dernier devait monter sur le toit pour accéder au magasin pour à la boutique. Tout était fin prêt, mais il fallait avoir l’adhésion de Niama, une dame dont la chambre est contiguë à la boutique. Ce qui n’a posé aucun problème.

A 2 heures du matin

Naby monte sur le toit de Niama pour accéder à celui du magasin et s’introduit dans le magasin par effraction, en soulevant les feuilles de tôles. Et voilà les 5 millions 700 mille puisque Boubacar lui avait donné toutes les indications possibles.

Le partage du gâteau prévoyait donc 1 million pour Boubacar, 1 autre million pour la belle Niama. Le reste des sous devant revenir au héros de 2heures du matin, le voleur Naby.

Les voleurs sont actuellement écroués au camp I et seront bientôt mis à la disposition de la justice.

Mais en attendant, les promoteurs de «Adéma-Boutique» veulent rentrer en possession de leurs sous. Néanmoins, la Brigade de Recherche du Camp I fait son travail. Seulement que les voleurs ne sont pas clairs quant à la disponibilité des 5 millions 700 mille.

Samakoro KONE

Source: Le Progrès

27 Avril 2009