Partager

Lorsque l’organe de la vue reste longtemps rivé aux appareils, il peut survenir des larmoiements et des troubles de la vision.

C’est devenu une habitude largement partagée sous tous les cieux. L’addiction aux écrans de télévision, de téléphone et d’ordinateur (portable ou de bureau) est un phénomène réel dans notre pays. Deux points de vue s’opposent dans l’appréciation de ce phénomène qui ne finit pas de gagner en ampleur. Les férus de nouvelles technologies de l’information se réjouissent plutôt des progrès de la science et de la technique qui ont permis de disposer de ces appareils numériques et de s’en servir à bon compte. 

Mais dans l’autre camp où se trouvent les addictologues (ces spécialistes de la prise en charge des comportements de dépendance) et les ophtalmologistes (des médecins spécialisés dans le traitement des pathologies oculaires), on met en garde volontiers contre les risques encourus par les utilisateurs. 
Les addictologues s’accordent à prévenir que lorsqu’on reste trop longtemps en face des écrans de télévision, de téléphone et d’ordinateur, on risque de passer à côté des choses essentielles comme par exemple le temps et l’intérêt à accorder à la famille et aux relations humaines dans la globalité.

Quant aux ophtalmologistes, ils expliquent sans équivoque les possibles conséquences sur l’organe de la vue lorsque celui-ci reste trop longtemps river sur les écrans.

Or de plus en plus, nos yeux sont constamment fixés sur les écrans d’ordinateur, de télévision et de téléphone Smartphone. Une longue fixation des écrans de ces appareils numériques avec l’œil peut causer un inconfort comme la fatigue visuelle, voire des perturbations au niveau de la vision. En d’autres termes, l’addiction aux écrans des téléphones, des ordinateurs et de télévision peut conduire à des troubles de la vision voire, d’autres conséquences plus graves.

ENDOMMAGER LES NERFS OPTIQUES- Daouda Coulibaly, assistant médical en ophtalmologie et chirurgie de la cataracte, officie au niveau du Programme national de la santé oculaire (PNSO). Il explique que lorsque l’œil est en contact permanent avec les écrans des appareils numériques, cela peut créer une fatigue visuelle et endommager les nerfs optiques.

Pour lui, il est aussi clair que lorsque les machines sont mal protégées, c’est-à-dire sans dispositif antireflet pour circonscrire la lumière, cela peut jouer sur la qualité de notre vision et provoquer beaucoup d’anomalies, notamment des maladies comme la cataracte. Et l’assistant médical d’expliquer que la cataracte n’est autre chose que la fatigue du cristallin, un organe situé à l’arrière de l’iris. «Et quand le cristallin est fatigué, il n’aura d’autre choix que de se cataracter. Ce qui débouche sur une pacification de cristallin», relève Daouda Coulibaly.

Le praticien du PNSO indique que les écrans doivent être utilisés de manière à ne pas trop solliciter l’œil au point de lui faire plus mal. «Ces écrans sont généralement très lumineux. En les utilisant dans un temps record, il n’y aura pas de problèmes», assure-t-il. Et de préciser aussi que la plupart de nos compatriotes utilisent par exemple les téléphones portables à l’excès et surfant sur les réseaux sociaux, dans la quête d’informations sur l’actualité ou dans la recherche. 

Autrement dit, ils en font une utilisation abusive qui peut avoir un impact négatif sur l’œil. Daouda Coulibaly confirme aussi que la fatigue de l’œil peut provoquer des larmoiements et bien d’autres problèmes. Il conseille de penser à la protection des écrans ou à se protéger les yeux avec des verres photochromiques antireflets. Ceux-ci amortissent un peu la luminosité des écrans. 

«Notre vision, Il faut en prendre soi. Il est inutile de fatiguer les yeux pour rien. Ceux-ci ne doivent pas être fixés permanemment sur les écrans des ordinateurs, des téléphones et de télévision. Même dans son bureau, on ne doit pas rester longtemps les yeux fixés sur l’ordinateur à faire des jeux par exemple», prévient-il.
Dr Mahamed Kolé Sidibé, ophtalmologiste à l’Institut d’ophtalmologie tropicale d’Afrique (IOTA), partage le point de vue du praticien du PNSO. Lui aussi indique que les effets d’une longue fixation des yeux sur les écrans d’appareils numériques peuvent être expliqués en deux étapes. 

Premièrement, l’ophtalmologiste de l’IOTA relève que la vision c’est tout un système, c’est-à-dire tout ce qu’on voit en termes de lumière qui traverse des structures transparentes pour aller au niveau de la rétine où, il y a des cellules visuelles (les bâtonnets et les cônes). L’utilisation des appareils numériques est réellement un problème aujourd’hui. Les troubles de la vision peuvent être liés à une forte dépendance d’un écran de télévision, de téléphone et d’ordinateur, entre autres.  
Les spécialistes conseillent de ne pas trop s’attarder sur les appareils numériques

Ce qui va entraîner à long terme certaines amétropies (troubles de la vision), soit la myopie (le fait de ne pas bien voir de loin, alors on est obligé de porter des verres correcteurs), soit l’hypermétropie (qui peut inclure la fatigue visuelle et le flou visuel). La fatigue visuelle peut même entraîner des douleurs au niveau du cou et du dos, explique le spécialiste. 

Deuxièmement, le praticien hospitalier souligne que dans une lumière, il y a une multitude de couleurs dont la couleur bleue. Et celle-ci, selon lui, est excessivement toxique pour les cellules visuelles. 
Ce qui va entraîner l’accélération de la dégénérescence des cellules visuelles, une dégénérescence maculaire (une maladie chronique liée à l’âge). À plus de 50 ans, on peut ressentir cette pathologie, souvent accélérée par la lumière bleue. 

LES VERRES ANTIREFLETS- En termes de prévention, le spécialiste de l’IOTA conseille l’observance de certaines mesures. Il conseille de mettre une certaine distance entre l’œil et l’écran pour minimiser les effets secondaires. Autre précaution à adopter, selon le praticien, la limitation de l’utilisation des écrans de ces appareils. 

Il a fait savoir que pour les ophtalmologistes, il est requis pour un utilisateur de fixer le regard à environ une distance de six mètres pendant 30 secondes, après 20 minutes de concentration de l’œil sur un écran. Cela, justifie Dr Mahamed Kolé Sidibé, permet de mettre également les muscles accommodateurs au repos. Après ces deux précédentes astuces de prévention, le médecin des yeux préconise l’utilisation des verres ou d’un dispositif antireflet. Cette mesure protège un peu contre l’excès de la lumière.

«J’utilisais l’ordinateur de 8 heures du matin à 18h, avec quelques minutes de pause, pendant une période de plus de 6 ans. Je ne pensais même pas aux conséquences mais plutôt aux gains, notamment l’argent que je pouvais gagner. Malheureusement, j’ai ressenti les effets de cette longue dépendance de l’écran d’ordinateur quelques années après. Un jour, j’ai eu subitement une vision sombre comme si quelqu’un avait recouvert mes yeux de ses mains», témoigne Abdoul Salam Sacko, informaticien dans un cyber à Lafiabougou. 

Après une consultation ophtalmologique à l’IOTA, il s’est vu conseillé de porter un verre antireflet ou un verre photochromique (qui a la qualité de se teinter en fonction de la quantité des rayons ultraviolets à laquelle il est exposé). 

Son addiction à l’écran d’ordinateur a même eu des répercussions sur d’autres organes. Notre interlocuteur a expliqué avoir des scrupules à parler de certaines choses dans ce sens. Les ordinateurs, les postes téléviseurs et les téléphones dégagent une intense chaleur à laquelle on peut s’exposer sans en être vraiment conscient.

Il est important que l’on prête une attention particulière au phénomène parce que comme le dit l’adage : «Mieux vaut prévenir que guérir».

Siné S. TRAORÉ

Source: L’Essor