Partager

L’ancien footballeur international français d’origine malienne, Jean-Amadou Tigana a effectué un séjour à but humanitaire dans notre pays au cours duquel il a été décoré par le chef de l’Etat ATT. Une association française œuvrant aussi dans l’humanitaire l’accuse d’avoir fait le bon samaritain avec ses matériels.

Depuis qu’il a raccroché les crampons, le cœur de Jean-Amadou Tigana ne cesse de battre pour le Mali, qui est la patrie de son père. Son terrain de prédilection est l’humanitaire.

Il vient de séjourner à Bamako à la tête d’une délégation d’amis français avec sous les bras d’importants matériels médicaux remis à l’Etat et un match de gala disputé contre d’anciens internationaux maliens.

Son œuvre de bienfaisance a d’ailleurs été reconnue à sa juste valeur par le président de la République qui lui a rendu un hommage au cours d’une grande réception à la salle des banquets de Koulouba où il a été décoré officier de l’Ordre national au nom de la nation.

Mais, ce qui paraissait de prime abord comme une générosité personnelle de Tigana est aujourd’hui mis en doute. L’Association française des insuffisants rénaux, basée à Bondy en France, revendique la paternité de ces dons et accuse M. Tigana d’avoir omis de la citer.

Dans une correspondance à notre rédaction, l’Association des insuffisants rénaux, sous la tutelle d’Ibrahima Koné vivant à Bondy en France, témoigne (voir fac-similé) avoir saisi pour son action humanitaire, le 25 avril 2008 par lettre les ministres de la Santé,

des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine, l’ambassadeur du Mali et le consul général du Mali en France.

« Dans le cadre de notre partenariat avec les services de santé en France, nous avons l’honneur d’adresser aux services de santé du Mali le matériel suivant, objet de don à notre association », peut-on lire en introduction de la correspondance qui dresse la liste complète des matériels reçus des mécènes.

Les dons sont composés de 6 générateurs de dialyse AK-100, 14 fauteuils relax dialyse offerts par l’AURA, 8 générateurs de dialyse, 12 lits mécaniques, 1 appareil radiologique mobile, 12 tables adaptables et 1 fauteuil balance dons du Centre néphrologique d’occitane de Muret en France.

Oubli ou préméditation ?

L’enlèvement et l’acheminement des matériels médicaux en destination de Bamako ont été gracieusement pris en charge par Jean Tigana. Toutes choses pour lesquelles l’Association d’Ibrahima Koné lui a renouvelé sa reconnaissance.

Mais leur déception a été grande lorsque Jean, comme l’appelle affectueusement le président ATT, n’a daigné parler ni de l’Association des insuffisants rénaux encore moins de ses donateurs.

L’association ne pouvait aucunement imaginer que son bienfaiteur allait lui chiper indûment la paternité de son œuvre jusqu’à se faire décorer. Or, dans le cas d’espèces, les mécènes tiennent à être remerciés de vive voix et surtout d’être rassurés de l’utilisation qui sera faite des dons.

Ce qui renforce davantage la confiance dans le partenariat que l’Association risque de perdre à jamais.

M. Koné avait par ailleurs informé les destinataires de la lettre que son association avait été sollicitée par l’hôpital de Sikasso pour l’octroi de 6 tables adaptables, de 6 lits mécaniques et de l’appareil de radiologie et par le Centre de santé de Dio pour 6 lits et 6 tables.

Il a en même temps dit la disponibilité de son association à contribuer au développement et à l’amélioration de la dialyse au Mali.

Le fait pour Jean Tigana de ne pas citer le nom de l’Association des insuffisants rénaux comme les vrais donateurs des matériels est-il est oubli ou un acte prémédité ? Difficile pour lui de se justifier.

Abdrahamane Dicko

15 Mai 2008