Partager

C’est pour corriger cette lacune et valoriser les actes d’état civil  » qu’un Sous préfet à la retraite, après avoir passé plus d’une vingtaine d’années dans l’adminis­tration générale malienne, vient d’avoir l’idée géniale de créer une association dénommée Groupe d’Appui à la Famille et à l’Enfant (G.A.F.E). Hama Demba Tamboura, c’est son nom, est en effet le président fondateur de la nouvelle association créée à Koutiala le 5 janvier 2005.

Le GAFE est une associa­tion apolitique de dévelop­pement vertical servant de chaînon entre l’administra­tion décentralisation et l’ensemble des administrés dans leurs composantes. Son but est de combler le vide institutionnel entre l’administration et les administrés.

Qu’est-ce qui a motivé la création du GAFE ? Son président répond : Le cercle de Koutiala est une agglomération de 36 communes. Fort d’une expérience administrative de 24 ans dont 6 ans à la tête de l’ex arrondissement de Kouniana, cercle de Koutiala, le Sous préfet à la retraite que je suis a com­pris que nonobstant les efforts fort louables de l’Etat, les populations dans leur écrasante majorité ignorent ou négligent l’éta­blissement des actes rela­tifs à l’état civil. En outre, beaucoup d’officiers et d’agents d’état civil ne cer­nent pas leurs compé­tences en la matière. La correspondance n° 1934 MATCL-DNI du 20 juillet 2005 en atteste. Elle stipu­le :  » Il m’a été donné de constater que des maires procèdent à la nomination d’officiers d’état civil suppléants pour les centres d’état civil. Outre qu’elle constitue une violation de la loi n° 87-27/AN-RM régissant l’état civil en République du Mali, cette situation crée une confu­sion qui empêche de situer les responsabilités dans la gestion de ces centres « .

Si les maires et les conseillers communaux maîtrisaient les consé­quences de certains de leurs actes, ils ne se seraient pas livrés à telles pratiques, C’est donc pour corriger l’ensemble de ces lacunes qu’il nous a paru utile, voire indispensable, de créer une structure pri­vée spécialisée en la matiè­re, servant d’appoint à l’ad­ministration publique pour atteindre au mieux les couches sociales « . LE GAFE vise entre autres objectifs de ; faire connaître à la population urbaine et rurale le concept d’état civil ; faire connaître les différents actes d’état civil ; expli­quer de fond en comble l’importance de l’établisse­ment d’un acte d’état civil ; et former les agents des états civils à l’établisse­ment d’un acte d’état civil.

A ce titre, il sert d’interface entre l’administration et les administrés.

Afin d’atteindre ces. objec­tifs, le GAFE a mis en place une structure légère dont l’approche repose essen­tiellement sur les axes sui­vants : sensibilisation par le moyen des médias ; for­mation des agents de l’état civil à l’établissement des actes d’état civil ; appui technique aux communes sur l’organisation de cam­pagnes de recensement démographique ou de recensement d’actes d’état civil ; sensibilisation et formation du citoyen dans certains devoirs civiques tels que les élections; appui aux structures électorales.

Selon son président, le GAFE entend nouer des relations avec toutes les structures et organismes qui interviennent en faveur du bien être de la famille et de l’enfant. On peut citer entres autres : les minis­tères de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille ; de l’emploi et de la formation professionnel­le ; du développement social, de la solidarité et des personnes âgées, la Fondation pour l’enfance, l’UNICEF, la présidence de la République etc…

Souleymane Diallo

20 fev 07