Partager

Acte Sept présidé par le comédien, écrivain, metteur en scène, Adama Traoré a adressé sept questions aux huit candidats au scrutin présidentiel du 29 avril. Il compte rendre public leur réponse le vendredi 13 avril, au musée national, en présence des artistes, de la presse et des représentants d’institutions internationales.

En cette période de campagne électorale, nous souhaitons connaître l’opinion et les propositions des différents candidats vis-à-vis d’une politique publique en faveur de l’art et de la culture. Car si le vide culturel ne fait pas l’objet d’un questionnement pendant la campagne, comment imaginer qu’un gouvernement, quel qu’il soit, puisse seulement tenter de la combler lors de sa prochaine mandature ?

Le paysage culturel malien se caractérise par des manques :
-manque d’aide à la création
-manque d’aide à la diffusion
-manque de structure de production…

Des salles de cinéma ont été transformées en magasins de céréales, de nouvelles cités se construisent sans un espace de liberté !

Nous avons établi une liste de questions ; nous aimerions recevoir vos réponses le vendredi 13 avril au Musée National à 17heures ; y seront présents des artistes, la presse, des représentants d’institutions internationales

1- Quelle place l’Etat doit-il accorder à la culture en général et aux arts en particulier en termes de création, de diffusion nationale et internationale ?

2- Les moyens financiers manquent dans tous les domaines, pour le cinéma, le patrimoine, la musique, les arts plastiques, pour le théâtre, la danse, pour la mobilité des artistes et la circulation des œuvres à l’étranger. Quelle part du budget de l’Etat pensez-vous consacrer à la culture de notre pays ?

3- Notre pays a ratifié la Convention de l’UNESCO pour la diversité des contenus et expressions culturelles ; pensez-vous mettre une politique culturelle respectant cette convention ?

4- Comment comptez-vous obtenir un meilleur résultat contre la piraterie ?

5- Au cours de votre mandature pensez-vous que notre pays va ratifier la convention de Florence ?

6- Quelle sera votre politique vis-à-vis de nos langues?

7- Le secteur de la culture peut créer beaucoup d’emplois, avez-vous une politique de formation pour le secteur culturel ?

Vous remerciant pour l’attention que vous portez à notre champ d’activité, nous vous sommes reconnaissants d’apporter tous les éclairages nécessaires sur ce volet de votre projet politique nous concernant.

Dans l’attente de votre positionnement, nous vous prions de croire, madame, monsieur, en l’expression de notre engagement.

11 avril 2007.