Partager

La charmante Bijou a intégré le milieu de la prostitution juste quelques mois avant la mort de son mari. Mais le prix des passes ne lui suffisant pas, elle décide d’opter pour d’autres méthodes pour dépouiller ses clients. Jusqu’au jour où elle fut humiliée et déshabillée devant tout le monde dans un bar de la place. Qu’est-ce qui a bien pu se passer?

Selon nos sources, elle vivait avec son mari à Sénou. L’homme, mécanicien de son état, ne disposait pas de grand-chose pour entretenir Bijou qui, elle, n’entendait pas finir sa vie dans ces conditions. Mais lorsqu’on accepte de se marier, c’est pour le meilleur et pour le pire. Bijou ne voulait pas entendre cela. Pour atteindre son objectif, après la mort de son mari, elle entreprend de se livrer à la prostitution. En effet, la «go», moins de la trentaine et d’un bon teint, dispose de quoi emballer l’homme dans son sac. Une femme de taille fine et d’un postérieur remarquable.

La charmante met toujours cette chance de dame nature en exergue avec sa forte poitrine miraculeuse pour pincer les hommes.
Dans la soirée du vendredi 24 février dernier, elle tombe sur un «gros calibre» dans un bar de la place.

En un mot, un homme qui dispose d’assez de moyens. Une aventure pour notre frère, juste le temps de calmer la touffeur ambiante, en attendant le retour de sa femme partie en Europe. En effet, il fallait bien de quoi torpiller le lit conjugal. Il s’est alors «tapé» une fille de joie qu’il a embarquée en direction de la maison, sans prendre le soin de mettre à l’abri les effets de sa femme. Mais dormir dans le même lit avec un serpent est très dangereux.

Pour atteindre son but, tard dans la nuit, Bijou demande à prendre une bière. Profitant de l’inattention de notre homme, elle a déversé un somnifère dans le ver de notre homme qui va tomber dans les bras de Morphée. Bijou en profite pour partir non seulement avec le portable de son client, mais aussi avec 475.000 FCFA et deux valises qui contenaient les effets de madame. Tôt le matin, la victime constate les dégâts. Selon lui, le portable et l’argent n’étaient pas un problème, mais il lui fallait retrouver les effets de sa femme.

Il retourne au bar dans les environs de 10 heures pour alerter le personnel. Dieu merci ! L’un des adeptes de la bière avait remarqué la fille au moment où le monsieur partait avec elle à la maison. Il fit appel à un autre ami qui connaissait la maison de la sirène de nuit, à Djicoroni Para. Les trois hommes débarquèrent, mais point de bijou.

Elle était déjà en ville avec des amies. Aux environs de 22 heures, suite à des enquêtes auprès de certaines prostituées d’un bar situé dans l’ACI 2000, on informe que Bijou était dans un coin. Effectivement, sans aucun souci, la charmante voleuse esquissait des pas de danse avec des amies quand, subitement, l’homme, sous l’effet de la colère, s’empara de la robe de sa femme que portait la fille.

Bijou fut déshabillé du coup dans le bar et conduite chez elle pour remettre les valises. Voilà comment des voleuses déguisés en filles de joie fourmillent dans la Cité des trois caïmans! A bon entendeur…

Destin GNIMADI

Le Prétoire du 05 Mars 2012