Partager

courrierpostal.jpg
L’acheminement du courrier postal par voie aérienne connaît, dans notre sous région, de sérieux problèmes. Ces dysfonctionnements tiennent à l’insuffisance des fréquences aériennes régulières et fiables entres pays de la sous-région, la disparition de nombre de grandes compagnies aériennes et le refus de certains avionneurs d’assurer le transport du fret postal.

Face à cette situation, les pays de la CEDEAO ont décidé, sous l’égide de l’Union panafricaine des postes, de se mettre en réseau pour installer des conditions correctes de transport du courrier postal.

En 2003, les directeurs généraux des postes des pays membres de l’organisation ont ainsi crée le projet d’acheminement du courrier par voie terrestre à l’intérieur de la CEDEAO. Après les résultats encourageants de la phase pilote du projet sur les parcours Accra-Lomé-Accra, Lomé-Cotonou-Lomé, Lomé Ouagadougou-Lomé et Accra-Ouagadougou-Accra, l’organisation sous-régionale a décidé d’étendre l’expérience.

C’est dans ce cadre qu’une réunion regroupant tous les directeurs généraux des postes des pays membre de la CEDEAO se tient depuis lundi dans notre pays. La rencontre à laquelle prennent part le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée Bissau, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, la Sierra Leone, le Togo et le Mali, va permettre aux participants d’explorer les possibilités de consolider le projet et de l’étendre aux autres pays membres.

Le directeur général des postes du Mali, Yoro Coulibaly, a jugé que la rencontre allait donner un nouveau souffle à l’acheminement par voie terrestre du courrier dans notre espace. « La réussite du projet aura un impact positif sur l’acheminement du courrier à travers la rapidité, la régularité, la sécurité et l’accroissement des flux« , a indiqué Yoro Coulibaly en indiquant que la mutualisation des moyens et des coûts à travers un fonds d’amélioration de la qualité de service est essentielle pour atteindre les objectifs du projet.

Paul Nomba Ouedrago, le représentant du l’Union panafricaine des postes qui assure le coordination du projet, a souligné les efforts déployés par les pays pour soutenir le projet, notamment par le Nigeria qui a fourni des véhicules au projet.

Le secrétaire général du ministère de la Communication et des nouvelles technologies, Dieudonné Alpha Amadou Sow, qui a présidé la cérémonie d’ouverture des travaux, a salué l’initiative des pays de la CEDEAO de chercher en commun une solution alternative aux insuffisances des lignes et liaisons aériennes dans l’acheminement du courrier postal.

« La qualité du service postal international est un tout. Elle ne se subdivise pas. C’est une chaîne de valeurs dont la défaillance d’un seul maillon ternit la qualité de l’ensemble de chaîne« , a analysé Dieudonné A.A. Sow.

Outres les conditions et les critères de pérennisation du projet, il a demandé aux participants d’examiner le contrôle continu de la qualité, de la sécurité, la mise en place d’un système d’information fiable axé sur les Tic et couvrant la collecte, le traitement, la distribution et la conservation des données statistiques.

Be COULIBALY

22 avril 2008.