Partager

Il dénonce « des faiblesses dans la gestion des finances publiques » et bloque son aide jusqu’en « septembre 2014 »

La mission conduite par le Ministre des Finances auprès du Fmi (Fonds Monétaire International) à Washington du 16 au 18 juin 2014 est un demi succès. En ce sens que même si elle n’a pas réussi à débloquer le gel par le Fmi du financement qu’il apporte à notre économie, ladite mission a néanmoins dégagé une piste vers la sortie de crise entre notre pays et l’institution internationale. Cette piste de sortie est de deux (3) ordres:

– primo, puisque l’aide du Fmi a été bloquée à la suite de l’achat de l’avion présidentiel et de la passation du contrat pour la fourniture d’équipements aux forces armées, l’organisation financière internationale demande “un audit des transactions précitées par le Bureau du vérificateur général”;

– secundo, le Fmi exige du Mali “la rédaction de directives précisant les conditions d’application de certaines règles budgétaires et de passation de marché”.

– tertio, le Fmi retient que le Mali a pris l’engagement de “mettre en œuvre ces (deux) mesures d’ici la prochaine mission du FMI à Bamako prévue au mois de septembre 2014”.

A priori, cette piste de sortie est à la portée du Gouvernement. D’ici septembre 2014, date à partir de laquelle le sort de l’aide internationale à notre pays devra être déterminé, les finances publiques resteront tributaires des performances des services des asiettes du Mali: les impôts, les douanes, les domaines, etc… Ce qui n’est déjà pas très aisé pour l’économie nationale.

EXTRAIT DU COMMUNIQUÉ PUBLIÉ PAR LE FMI

Madame Bouaré Fily Sissoko, Ministre de l’économie et des finances de la République du Mali a conduit une visite de travail des autorités maliennes auprès du Fonds monétaire international (FMI) à Washington, D.C. du 16 au 18 juin 2014. A l’issue de cette visite, Madame Bouaré Fily Sissoko et Monsieur Christian Josz, Chef de mission du FMI pour le Mali, ont émis la déclaration suivante:
“Au cours de ces dernières semaines, les services du FMI et du Ministère de l’économie et des finances de la République du Mali ont tenu des discussions à propos de l’achat récent d’un avion, d’un contrat de fournitures autres que des armes et munitions passé par le Ministère de la défense et des anciens combattants, et de l’octroi d’une garantie par l’Etat lié à ce contrat ainsi que d’autres contrats.

L’objectif de ces discussions est de s’assurer que la conduite des finances publiques au Mali est compatible avec les objectifs quantitatifs et les engagements de bonne gouvernance des finances publiques du gouvernement du Mali dans son arrangement au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) que le Conseil d’administration du FMI a approuvé le 18 décembre 2013 (voir Communiqué de presse No. 13/524).

Les services du FMI et du Ministère ont discuté des faiblesses dans la gestion des finances publiques et identifié des mesures concrètes pour y remédier. Ces mesures comprennent un audit des transactions précitées par le Bureau du vérificateur général et la rédaction de directives précisant les conditions d’application de certaines règles budgétaires et de passation de marché. Le gouvernement du Mali s’est engagé à mettre en œuvre ces mesures d’ici la prochaine mission du FMI à Bamako prévue au mois de septembre 2014. Les discussions relatives à la conclusion de la première revue de l’arrangement FEC se poursuivront à cette occasion à la lumière des résultats de la mise en œuvre de ces mesures.
La conclusion des discussions relatives à la première revue et un accord à propos d’un programme de politiques économiques et financières pour l’année 2015 devraient permettre l’examen conjoint des première et deuxième revues de l’arrangement FEC par le Conseil d’administration du FMI d’ici la fin de l’année.”

Rassemblés par Baba SANGARÉ

Nouvel Horizon du 20 Juin 2014