Partager

Cour d’assises de Bamako : Accusé de viol sur une sexagénaire, un bûcheron acquitté faute de preuve

La Cour d’assises de Bamako a jugé, lors de son audience d’hier jeudi, un bûcheron accusé de viol sur une sexagénaire, il y a un an de cela, à Torakabougou, commune de Bougouni. Après une trentaine de minutes passée à la barre, ce dernier a été finalement acquitté faute de preuve.

Interrogé sur les fais qui lui sont reprochés le bûcheron du nom de Souleymane Diallo les a niés en bloc. Il expliquait avoir été contraint par la victime nommée Fanta Diarra qui menaçait de crier si jamais il refusait d’entretenir des rapports sexuels avec elle. « Elle m’a invité dans la chambre à coucher avant de se déshabiller. Vu qu’elle était assise, je lui ai demandé d’adopter une autre posture, mais elle a refusé. C’est ainsi qu’une dispute éclata entre nous au moment de l’acte. Et ce sont ces cris qui ont alerté les gens. Je n’ai jamais voulu abuser de la force pour la contraindre et notre acte était consenti » a affirmé l’accusé à la barre.

Le Parquet général, Mamadou Lamine Coulibaly, substitut du procureur près la Cour d’Appel de Bamako, lors de son réquisitoire a déclaré : « Le dossier de cette affaire est légère. Il sera difficile de faire une réquisition contre l’accusé qui puisse le condamner vu que la victime n’a pas comparu pour témoigner ». Avant de demander à la Cour l’application saine de la loi.

La défense qui était assurée par Lassana Diakité abonda dans le même sens que le ministère public tout en soulignant une fois de plus la légèreté dans ce dossier. Selon lui, c’est avec un sentiment de peine qu’il plaide pour son accusé vu que le dossier a été mal ficelé « nulle part il a été prouvé que Souleymane Diallo a commis le viol sur cette dame âgée d’une soixantaine d’années. C’est plutôt elle qui a voulu ». Avant de solliciter la Cour de l’acquittement pur et simple de son client.

La Cour qui était présidée par Sidi Kéïta, dans sa maniabilité a déclaré Souleymane Diallo non coupable. Il a été donc acquitté.

Selon les faits, il ressort de l’arrêt de renvoi que courant mars 2011, le nommé Souleymane Diallo de passage devant une concession située au quartier Torakabougou de Bougouni se faisait interpeller par une vielle dame du nom de Fanta Diarra.

Elle discutait un chargement de bois de chauffe qu’il transportait dans sa charrette. Ils convenaient sur la somme de 1.000 FCFA mais Fanta Diarra n’avait pas un sous sur elle et Souleymane Diallo lui offrait alors une partie de son chargement gracieusement.

Deux jours plus tard, il revenait chez la vielle dame Fanta et alors qu’ils entretenaient des relations sexuelles dans la chambre, ils firent surpris par une voisine qui alertait les gens des alentours.

Souleymane Diallo fut appréhendé par la clameur publique et conduit au poste de police.

Bandiougou DIABATE

L’Indépendant du 1 juin 2012