Partager


Notre confrère de la radio Kayira était mardi face à la presse pour l’entretenir sur son interpellation et incarcération suite à une affaire de trafic de son passeport qui aurait servi à des personnes mal intentionnées d’escroquer un opérateur économique indien.

Nouhoum Keita est accusé par la justice d’être complice d’une affaire de vente d’or ( 5 kg) entre un opérateur économique indien et des Maliens, qui s’est tournée en une véritable escroquerie. Nouhoum s’y retrouve parce que la photocopie de son passeport aurait servi de pièce dans la transaction. Toutes choses que réfute notre confrère, surpris d’ailleurs de voir la photocopie de sa pièce d’identité dans cette affaire. Dans son exposé liminaire l’on comprend aisément qu’il s’agit d’un coup fourré de nos services judiciaires et policiers.

Nouhoum raconte : « Le vendredi 11 juillet 2008 aux environs de 17 h 30, une connaissance répondant au nom de Mamadou Touré qui se dit commerçant est venu me voir à la radio. Il m’informe qu’un de mes partenaires d’affaires d’origine indienne, nommé Aziz Arambathickal qui serait par ailleurs président de la chambre de commerce Indo malgache à été escroqué par des individus à hauteur de 11 800 000 F CFA. Ce partenaire lui a exhibé la photocopie du passeport censé appartenir à un certain Abdoulaye Sissoko.

Ayant vu ma photo qui ne correspondait pas à mon nom, ni à ma filiation, et me connaissant pour avoir été un promotionnaire d’école et ressortissant de la même ville Kéniéba, il a décidé de venir m’informer. Je me suis rendu à l’hôtel pour y rencontrer Aziz. Il a répondu qu’il ne m’a jamais rencontré et que je n’étais pas le nommé Abdoulaye Sissoko qui faisait l’intermédiaire entre lui et un certain Alpha Koné ».

« J’ai été une victime et cela a été reconnu par le commissariat du 3 e arrondissement », poursuit Nouhoum qui estime que les services judiciaires et policières veulent cacher quelque chose, mais que la vérité finira par éclater .

Pour l’heure, la police affirme poursuivre les investigations, a déclaré le journaliste qui a indiqué qu’il allait porter plainte. Nouhoum soupçonne l’inspecteur de police ainsi que le juge d’instruction de la commune IV d’être trempés dans cette affaire. Pour sa part, les médias maliens ont promis de s’investir pour que cette affaire soit tirée au clair.


Denis Koné

25 Septembre 2008