Partager

Bien que blanchi des accusations d’abus de confiance, l’huissier Alfousseyni Kanté n’a pas voulu faire de commentaire quand nous l’avons approché. «Nous sommes en procès, je laisse la justice faire son travail et j’ai confiance en elle».

L’accusation remonte à une dizaine d’années, lorsque le Colonel Modibo Diallo, estimant être victime d’un abus de confiance de la part du Cabinet de l’huissier Alfousseyni Kanté, saisit la justice.

De l’information, il ressort que le Cabinet avait été retenu pour la vente d’une maison saisie sur un débiteur. Après la vente de ladite maison à hauteur de 13 millions de FCFA, il semblerait que l’argent n’est pas arrivé à bon port.

Au moment des faits, l’huissier Alfousseyni Kanté se trouvait en stage de DES au Burkina Faso et la Chambre nationale des huissiers de justice du Mali avait, à son temps, autorisé Samba Diallo, huissier de justice de son état, à assumer l’intérim de Alfousseyni Kanté.

La lettre relative à cette autorisation date du 2 novembre 1999, signée du président d’alors, Filifing Dembélé. Au lieu de chercher les vrais coupables – si coupable il y a vraiment – le Colonel Modibo Diallo s’est retourné du côté du patron du Cabinet Alfousseyni Kanté qui a, à son temps, vécu toutes sortes de tracasseries judiciaires.

C’est sur cette affaire, pour le moins rocambolesque, que le Tribunal de Première Instance (TPI) de la commune V du District de Bamako vient de se prononcer.

L’extrait du plumitif d’audience ordinaire des correctionnelles du 7 août 2008 dont nous nous sommes procuré la copie date le 11 août.

Il est clairement mentionné là-dessus que «le tribunal statuant publiquement par décision réputée contradictoire à Samba Diallo et contradictoire à toutes les autres parties, en matière correctionnelle et en premier ressort, déclare Alfousseyni Kanté non coupable des faits qui lui sont reprochés et le relaxe des faits de la poursuite. Ordonne, en conséquence, que les 4 200 000 FCFA par lui déposés à titre de caution lui soient restitués».

Par contre, le tribunal a retenu l’intérimaire Samba Diallo et un autre, Modibo Koné, coupables des faits d’abus de confiance. Ainsi, sur la base de la condamnation, le tribunal a requis 6 mois de prison contre Samba Diallo et le double pour Modibo Koné. Dit qu’il sera sursis à l’exécution de ces peines, reçoit la constitution de la partie civile, la déclare bien fondée et y faisant droit.

Par ces motifs, condamne Modibo Koné seul, à lui payer la somme de 9 millions de FCFA à titre de remboursement du montant par lui dissipé. Ce n’est pas tout.

Les deux retenus dans les liens de l’accusation (Modibo Koné et Samba Diallo) sont également condamnés à payer solidairement la somme de 4 millions de FCFA à titre de remboursement du reliquat du produit de la vente et 3 millions de FCFA à titre de remboursement du montant des réalisations faites sur la concession.

Ensuite, le tribunal dit que les 12 millions de FCFA et les 1 100 000 FCFA, respectivement déposés par Modibo Koné et Samba Diallo, à titre de caution, viendront en déduction des présentes condamnations.

Alfousseyni Kanté n’a pas voulu faire des commentaires quand nous l’avons approché. «Nous sommes en procès, je laisse la justice faire son travail et j’ai confiance en elle» s’est-il contenté d’affirmer.


Alassane DIARRA

13 Août 2008