Partager

L’armée malienne a eu un accrochage dans la nuit de samedi au dimanche 9 septembre, avec des islamistes au poste de contrôle de Diabali , dans le cercle de Niono, région de Ségou. A l’issue de cet incident, 16 islamistes appartenant à une secte appelée Dawa, ont été tués par les forces armées maliennes. Selon des sources militaires, leur véhicule a refusé d’obtempérer à une sommation des militaires maliens. Un communiqué du gouvernement précise que les personnes tuées lors de cette opération sont huit Maliens et huit Mauritaniens. Le gouvernement a dépêché le ministre des affaires étrangères, Tiéman Hubert Coulibaly auprès des autorités mauritaniennes à Nouakchott pour leur exprimer de vives voix la compassion et les regrets du peuple malien. Et a ordonné l’ouverture immédiate d’une enquête.

L’armée malienne a tué 16 personnes, tous membres de la secte islamiste Dawa, à Diabali, dans la nuit de samedi à hier dimanche 9 septembre. L’information donnée dans les grandes agences de communication a été confirmée hier en début de soirée par le gouvernement à travers un communiqué qui dit ceci : » Un incident est survenu dans la nuit du samedi 8 septembre 2012 au poste de sécurité de Diabali au cours duquel 16 personnes ont trouvé la mort.

Il s’agit de 8 Maliens et de 8 Mauritaniens tués par balle. Au nom du peuple malien, le gouvernement regrette vivement ce douloureux événement, présente ses condoléances émues aux familles éplorées ainsi qu’au gouvernement et au peuple frère de Mauritanie. Le gouvernement a dépêché le ministre malien des affaires étrangères auprès des autorités mauritaniennes à Nouakchott pour leur exprimer de vives voix la compassion et les regrets du peuple malien.

Le gouvernement a ordonné l’ouverture immédiate d’une enquête diligente dont les résultats seront portés à la connaissance de l’opinion nationale et internationale ainsi qu’à celle du gouvernement et du peuple frère de Mauritanie « .
« Seize membres de la secte Dawa dont le véhicule refusait de s’arrêter après des tirs de sommation ont été traités comme des ennemis à Diabali (région de Ségou, centre) », a déclaré un responsable au ministère malien de la Sécurité. Selon un gendarme joint à Diabali, « le nouveau bilan est de 16 morts. Il y a des Maliens et des Mauritaniens.

Ce sont les membres d’une secte musulmane ». « Malgré les tirs de sommation (lui) demandant de s’arrêter, le véhicule transportant les passagers et venant de la frontière mauritanienne a refusé et l’armée a, comme il se doit, ouvert le feu », a expliqué le gendarme. « D’autres personnes membres de cette secte, qui devaient (…) participer à une réunion la semaine dernière sur le territoire malien, ont été arrêtées », a affirmé le responsable au ministère de la Sécurité, sans donner plus de précisions.

Selon un spécialiste de l’Afrique saharo-sahélienne, la secte Dawa, originaire du Pakistan, est apparue en Afrique à la fin des années 1990. Cette secte compterait plusieurs centaines d’adeptes dans le nord du Mali, et serait présente dans plusieurs pays du Sahel, dont la Mauritanie, pays voisin du Mali. Iyag Ag Ghaly – chef d’Ansar Dine- un des groupes armés contrôlant le nord, a été membre de la secte Dawa.

Il a ensuite fondé son groupe islamiste radical, qui s’est allié d’al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) pour occuper par la suite la partie septentrionale du Mali. Cette opération de l’armée malienne, l’une des rares depuis l’occupation du nord du pays, est un signal aux détracteurs de la grande muette qui prouve par cette opération, leur disponibilité à veiller sur le territoire national.

Faut-il signaler que Diabali, qui se trouve au prolongement de la zone Office du Niger est très proche des frontières mauritaniennes et apparait alors comme une zone de passage pour les jihadistes afin de rallier le nord Mali d’où la forte présence de l’armée malienne dans la zone.

Youssouf Camara avec AFP

10 Septembre 2012