Partager

Aux termes des pourparlers après la grève de 24 h, déclenchée le 19 septembre 2005, le gouvernement, le Conseil national du patronat du Mali (CNPM) et l’UNTM s’étaient mis d’accord pour satisfaire les revendications de l’UNTM et un chronogramme précis, c’est-à-dire des dates de satisfaction, avait été fixé.

Après deux mois, l’UNTM déchante et menace d’aller de nouveau en grève. C’est le moins qu’on peut dire après la conférence de pesse animée hier par le premier responsable de l’UNTM à la Bourse du travail.

Siaka Diakité a indiqué que le syndicat n’acceptera du gouvernement, aucun différé des dates contenues dans le protocole d’accord qui, a-t-il indiqué, a valeur de loi.

Il a félicité les militants de la centrale pour avoir fait de la grève du 19 septembre une grande réussite (90 %).

Selon M. Diakité, le gouvernement est dans une logique de manœuvres tendant à retarder les échéances contenues dans le protocole d’accord.

A preuve, explique-t-il, les réunions sont reportées pour cause de voyage des ministres en charge du dossier (Premier ministre, ministre des Finances et ministre chargé des Relations avec les institutions).

Aux dires de M. Diakité, les points 2,5, 7, 8 devraient trouver leur solution au plus tard fin décembre 2005.

Or, à la date d’aujourd’hui aucun de ces points, tout comme les autres d’ailleurs, n’a trouvé une réponse et la commission a du mal à fonctionner en raison de l’absence d’interlocuteur.

« Nos interlocuteurs ont moins de temps à s’asseoir avec nous pour discuter, mais nous disons que les dates retenues dans le protocole d’accord seront respectées et nous ferons tout pour le faire aboutir », prévient-il.

Les points 2, 5, 7, 8, sont respectivement relatifs à la révision de la grille des catégories B1 et B2, la hausse de la valeur du point d’indice, la relecture des conventions collectives et l’établissement d’un plan social pour les travailleurs et qui engage l’Etat par rapport aux sociétés et entreprises d’Etat cédées (cas de Huicoma).

Dans le protocole d’accord, le gouvernement doit soumettre le projet de grille à l’Assemblée nationale au cours de la présente session d’octobre 2005.

Pour ce qui est de la hausse de la valeur du point d’indice et conformément au chronogramme d’exécution, les parties doivent se rencontrer au sein d’une commission ad hoc le 25 octobre 2005.

Quant à la relecture des conventions collectives, elle est prévue au plus tard le 31 décembre et le 31 octobre 2005 pour l’établissement d’un plan social pour les travailleurs des sociétés cédées par l’Etat.

Denis Koné

23 novembre 2005.