Partager

En effet, les civils et les militaires au pouvoir depuis la chute du président Omar el Béchir le 11 avril dernier, sont parvenus à un accord, sur une déclaration constitutionnelle. C’est avec espoir que le médiateur de l’Union africaine, Mohamed El Hacen Lebatt a déclaré ce samedi 3 août que les deux délégations sont tombées pleinement d’accord sur la déclaration constitutionnelle qui, en principe, doit ouvrir la voie à un transfert du pouvoir aux civils. Acté, au terme de deux jours de discussions, cet accord a été accueilli par des populations en liesse. En tout cas, les coups de klaxons et vuvuzela ont fusé de partout, pour saluer l’acte que beaucoup qualifient d’une avancée voire d’un grand espoir. En effet, cet accord prévoit une transition de trente-neuf mois, qui sera dirigée par un Conseil de souveraineté au sein duquel les postes seront partagés entre les deux camps, avec une présidence tournante qui reviendra aux militaires pendant les 21 premiers mois avant de passer entre les mains des civils pour les 18 mois restants qui doivent déboucher sur les prochaines élections. Et ce n’est pas tout, deux autres organes, à savoir un Conseil de ministres avec plein de pouvoirs exécutifs et un Parlement transitoire constitué de 300 membres issus des deux parties, seront également mis sur pied.LePays