Partager

Le Forum des Organisation de la société civile du Mali, a tenu le vendredi 14 juillet 2013, une réunion extraordinaire pour examiner l’accord préliminaire en discussion à Ouagadougou.

A l’issu de cette réunion, les responsables du Forum ont organisé une conférence de presse pour dire que si l’accord était signé en l’état, que la société civile s’engage à utiliser tous les moyens pour empêcher son application. En attendant, ils ont annoncé une marche de protestation contre le document pour ce lundi matin. Elle partira de la bourse du travail pour rallier la Primature.

Bien que soucieuse de la résolution de la crise institutionnelle et sécuritaire qui prévaut dans le pays et de la réconciliation nationale, le Forum des organisations de la société civile du Mali, à l’issu de sa réunion extraordinaire du 14 juillet 2013, dans une déclaration lue par son Président Mamoutou Diabaté, a mis l’accent sur certaines incohérences relativement à un certains nombre de questions. Ce sont : le cantonnement et le redéploiement de l’armée malienne à Kidal, l’ouverture de l’accord aux autres groupes armés non signataires et non inclus dans la négociation de l’accord et le désarmement des groupes armés. Dans la déclaration, le Forum a dénoncé « la non prise en compte du caractère souverain du Mali et sa mise sous la tutelle de la communauté internationale », avant de s’élever contre « la considération démesurée donnée au MNLA en le mettant au même niveau que tout un Etat et la caution donnée par la communauté internationale à cet fait ».

Par ailleurs, le Forum des organisations de la société civile a mis un accent particulier sur « la non clarté de certaines dispositions de l’accord pouvant par la suite être diversement interprétées ». Tout compte fait, la société civile a décidé de rappeler son soutien à tout dialogue avec l’ensemble des acteurs qui auraient volontairement déposé les armes et adhéré aux principes que les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre commis pendant la période de belligérance ne devront pas rester impunis. Mieux, le Forum des organisations de la société civile du Mali, rappelle le caractère unitaire de l’Etat malien et le respect de toutes les dispositions de la Constitution du Mali. Cependant, le Forum de la société civile du Mali estime que « ces principes sont fondamentalement remis en cause à travers les articles 9 et 17 du projet d’accord.

A ce titre la société civile exige leur retrait du document ». Par ailleurs, la société civile du Mali a émis des réserves quand à la composition de la commission technique mixte de sécurité qui semble être une commission paritaire Etat et MNLA et qui n’intègre ni l’Assemblée nationale ni les forces vives de la nation. Pour tout cela, le Forum des organisations de la société civile a formulé un certain nombre d’exigences. Selon le Forum, si le document doit être signé, qu’il face l’objet d’un vote à l’Assemblée nationale. Il a exigé le désarmement immédiat et sans condition des bandits armés et le déploiement sans condition de l’armée malienne sur toute l’étendue du territoire. Le Forum a aussi demandé le maintien des mandats d’arrêts délivrés par la justice malienne et le recours à la cours de justice de la CEDEAO pour tous désaccords sur l’application du présent accord. Mieux, le forum a exigé le rejet en sa forme et en son fond actuels.

« La société civile s’engage en cas de signature de cet accord en l’état à utiliser tous les moyens pour empêcher sa mise en application, et s’engage à informer le peuple sur le contenu de l’accord préliminaire et à le mobiliser pour exprimer ses opinions sur le dit document », a indiqué Mamoutou Diabaté. Avant d’annoncer une marche pour a matinée du lundi 17 juin 2013.

Assane Koné

17 juin 2013.