Partager

La salle Banzoumana Sissoko du Palais de la Culture, pleine de monde, a permis de rassembler les amis du Président de la République Amadou Toumani Touré autour d’un sujet qui préoccupe la nation entière : les accords d’Alger. Les organisateurs ont déployé les grands moyens pour donner à l’événement toute son importance. Des cars, des banderoles, des Tee-shirts, des Sotrama ont été mis à la disposition des populations, afin qu’elles viennent participer à ce meeting de soutien aux accords d’Alger.
La présence des ministres de l’Agriculture Seydou Traoré et de la Promotion des Investissements, porte-parole du gouvernement Ousmane Thiam a donné un cachet particulier au meeting. Mieux, les élus locaux, les chefs de quartiers, les leaders religieux, les femmes et les enfants ont participé à ce meeting et ont donné leur caution aux accords d’Alger.

Initiative du maire de la Commune V Demba Fané, le meeting a eu l’aval des partis politiques, associations et clubs qui soutiennent les actions du Président de la République. Il s’agit entre autres de l’Adéma, de l’URD, du MPR, du CNID, du RND, du Mouvement citoyen, du cercle de soutien aux actions d’ATT, du Club volontariste ATT, et du GRAP (Groupe de Réflexion et d’Action Patriotique). Pour le porte-parole de cette dynamique, Abba Touré, le Mali est un et indivisible et qu’aucun sacrifice n’est trop grand pour la paix. C’est pourquoi, dit-il, ils ont apporté leur soutien aux accords d’Alger et l’ont démontré à travers l’organisation de ce meeting.

Le maire de la Commune V indiquera que cette dynamique amorcée est à saisir pour toujours car elle est constitué de formations politiques et associatives qui partagent l’option visionnaire du Président de la République. Convaincu que l’accord d’Alger est une opportunité à saisir, Demba Fané a interpellé les amis du Président ATT. « Le temps de l’épilogue est résolu, l’avancée démocratique atteinte par le peuple malien nous interpelle tous. Aussi, je ne pense pas qu’il faille céder à l’intrigue politicienne car il ne sera pas possible de nous convaincre d’un possible développement sans paix et sécurité, gage de toute stabilité« , a-t-il affirmé. Pour le maire de la Commune V, l’économie malienne est une économie de paix et non une économie de guerre. C’est pourquoi, sollicite-t-il auprès du peuple de la Commune V une attention particulière, « permettons à notre pétrole de couler un jour, à notre or de briller et à notre phosphate de Tilemsi de faire pousser notre coton…
pour un développement durable de notre cher Mali
« . Demba Fané a aussi interpellé ceux qui sont contre les accords d’Alger. « Ce n’est pas en effet au moment où les ex-rebelles touaregs saisissent la perche de la paix, qu’ailleurs, le ton ne soit pas celui de l’entente, de la paix et de la concorde« , a-t-il indiqué.

Le ministre de la Promotion des Investissements et des PME, porte-parole du gouvernement, Ousmane Thiam a expliqué que le gouvernement est disposé à édifier toute personne qui le désire sur les accords d’Alger. A ce sujet, il a salué les initiateurs du présent meeting et particulièrement le maire de la Commune V.

Conscient, dit-il, que ceux qui ne sont pas pour les accords d’Alger ne sont pas tous des va-t-en guerre, le ministre a indiqué qu’une explication s’avère nécessaire afin de les édifier. Mais, il précise toutefois que le gouvernement ne peut pas satisfaire les exigences de ce qui veulent la guerre. Pour le porte-parole du gouvernement, les accords d’Alger ne violent nullement la constitution car ils adhèrent à la 3e République et à l’ensemble de ses institutions. Mieux, les accords se fondent sur la décentralisation et non à la partition de notre pays. Le ministre a donné des éclaircissements par rapport à certaines préoccupations d’ordre général dont le sort des insurgés, les unités spéciales. Il a aussi attiré l’attention des populations sur le fait que le Mali a d’autres guerres à gagner notamment la guerre économique, de l’emploi, des routes, et de la promotion de la femme.

Idrissa Maïga

31 juillet 2006