Partager

Profitant de la journée d’hommage aux victimes de la circulation, initiée par le ministère de l’Equipement et des Transports, à travers l’Anaser, la direction générale de la protection civile a fait l’état des lieux des accidents entre le 1er janvier et le 31 octobre 2013. Ils sont 283 personnes à perdre la vie dans des accidents au cours de la période signalée.

Entre le 1er janvier et le 31 octobre 2013, les services de secours de la protection civile ont effectué 9277 sorties pour les accidents de circulation (routières, ferroviaires, fluviaux et aériens), soit 16 419 victimes totalisant 283 morts et 16 136 blessés.

Ces statistiques, selon le directeur général adjoint de la protection civile, le colonel Ségui Coulibaly, englobent le district de Bamako et toutes les régions hormis Kidal, où la protection civile est encore absente.

Selon les constats, la voie routière a fait le plus grand nombre de victimes et causé d’énormes dégâts matériels. Les routes ont causé la mort de 131 personnes (113 tués par une voiture et 12 par une moto). 3783 personnes ont été blessées par un véhicule et 4804 par une moto. Le colonel Coulibaly a ajouté que ses services sont confrontés à un manque de moyens qui retarde les opérations de sauvetage.

Saluant l’engagement des parties prenantes à sauvegarder des vies humaines, le ministre Koumaré avait auparavant remis un chèque au ministre de la Santé pour la prise en charge des accidentés au Centre hospitalier et universitaire (CHU) Gabriel Touré et une carte d’une valeur de 1,5 million en carburant à la protection civile.

Le Mali avait perdu sur la route 536 personnes en 2012, et plus de 8000 en 2011. Dans le but de réduire à 0 % le taux des accidents de la circulation, le ministre de l’Equipement et des Transports, accompagné de la directrice générale de l’Agence nationale pour la sécurité routière (Anaser), Mme Assa Sylla, et la présidente des victimes d’accidents, Mme Moza Sos Aba, ont effectué cette visite de reconnaissance à la direction générale de la protection civile.

Kadiatou Mouyi Doumbia

(stagiaire)

– —-

60 % des accidents concernent des jeunes

Les jeunes, conscients des conséquences des accidents de la circulation routière, ont consacré la journée d’hommage des 536 victimes de la route en 2012 pour se souvenir, réfléchir et agir. « Nous, communauté nationale de la sécurité routière, estimons après la sensibilisation, le contrôle de sensibilisation, que l’heure de la sanction a sonné, car 60 % des accidents concernent les jeunes et 80 % impliquent les engins à deux roues« . Déclaration faite par les marcheurs au ministre de l’Equipement et des Transports lundi dernier.

K. M. D.

Les Echos du 20 Novembre 2013