Partager

Selon Tiémoko Dao, la victime, que nous avons pu joindre au téléphone lundi, il a été précipité dans le ravin par un camion dont il n’a pu identifier le numéro d’immatriculation. Ce camion, ajoute-t-il, le suivait, apparemment, depuis la gare marchandises de Korofina. M. Traoré s’en est sorti avec quelques blessures au pied, mais sa moto a été fortement endommagée.

Si notre interlocuteur ne soupçonnait encore personne, il a cependant affirmé que ce n’est pas la première fois qu’il fait l’objet d’atteinte à son intégrité physique. « Dans la situation actuelle, je reçois beaucoup de menaces », dit-il, sans préciser d’où viennent ces menaces.

Depuis le début du mois de mars, le Syndicat des enseignants contractuels du secondaire que dirige Tiémoko Dao est à couteaux tirés avec le ministère de l’Education nationale. Celui-ci n’arrive pas à satisfaire les revendications du syndicat, qui a déjà observé deux grèves de 48 h et 72 h avec à la clé la rétention des notes et s’apprête, de concert avec la Fen, à observer une autre les 25 et 26 avril.

Denis Koné

18 avril 2006