Partager


De nos jours, on ne passer une seule journée sans assister ou entendre parler d’accident de la route qui cause soit des blessés graves, soit des pertes en vies humaines. Pourtant, le gouvernement est bien engagé dans la lutte contre le fléau, à travers la sensibilisation par voie de presse -même dans la rue et les autogares, afin que les citoyens, plus particulièrement les piétons, conducteurs de véhicules et de motos, prennent enfin conscience des conséquences de ces accidents.

Toujours dans le cadre de la lutte contre les accidents de la circulation, l’Etat avait envisagé certaines mesures visant à réduire le nombre des accidents, surtout à Bamako. Mais en dépit de ces mesures et actions menées par l’Etat, les citoyens ne respectent guère le Code de la route. Ce qui fait que le nombre d’accidents ne cesse d’augmenter.

Pas plus tard que dans la nuit du dimanche 20 Juillet 2008, sur la Rue 310, celle qui longe la Pharmacie Populaire du Mali, il s’est produit un accident entre une voiture de marque Mercedes N° WDB 4718 et une 207 SOTRAMA, N° Q 3871 MD. Quatre femmes, qui se trouvaient à bord de la voiture Mercedes, ont toutes été grièvement blessées.

Au nombre des passagers de la SOTRAMA se trouvaient une jeune fille et un vieux. Ce dernier et le chauffeur n’ont subi aucune blessure. Par contre, la tête de la fille -qui se trouvait près du chauffeur- a violemment heurté le pare-brise qui a volé en éclats et jonché tout le macadam : en fait, la fille n’avait pas attaché sa ceinture de sécurité.

Sur le champ, la fille et les quatres femmes qui se trouvaient à bord de Mercedès ont été évacuées à l’Hôpital Gabriel Touré, grâce au secours des hommes de la protection civile qui ont vite secouru les victimes. A force de rouler à tombeau ouvert, le conducteur de la Mercedès n’a pas pu respecter le feu de stop. Mais bien que ce soit lui qui ait causé l’accident, le chauffeur de ladite Merco s’en est bizarrement sorti indemne.

Par contre, ses quatres passagères ont été grièvement atteintes. Et la voiture Mercedès a été tout aussi gravement endomangée, sinon presque irrécupérable, puisque la SOTRAMA l’a percutée de plein fouet, en plein milieu de la route.

On ne cessera jamais de le répéter : en matière de circulation routière, ce qu’il faut absolument respecter, c’est d’abord la cadence de son engin, la prudence, la vigilance (de tous les côtés) et le respect de l’autre usager. Ensuite, les voies de croisement, les feux tricolores (feux de stop, panneaux de signalisation, entre autres…). Du reste, le simple fait de se rendre compte que la circulation a tué bon nombre de personnes et rendu certaines infirmes à vie doit inciter au respect du Code de la route.

Mariétou KONATE

23 Juillet 2008