Partager


Dans le cadre des bonnes pratiques en matière d’accès à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement des personnes handicapées, la Fédération Malienne des Personnes Handicapées, en collaboration avec Handicap International a organisé un atelier d’échanges des expériences en matière d’approvisionnement en eau, hygiène et à l’assainissement.


Objectif

Cet atelier qui a regroupé les représentants des services techniques, des organisations de personnes handicapées du groupe national de coordination et de suivi des partenaires financiers et techniques avait pour objectif de partager les expériences des participants en matière d’accès à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement des personnes handicapées, d’envisager des relations de partenariat pour la mise en oeuvre d’actions communes et ou complémentaires et d’amener les partenaires techniques et financiers à prendre en compte la problématique du handicap dans les actions de développement.

Ainsi, au cours de cet atelier, Handicap International a présenté les résultats de l’étude réalisée en 2007 sur l’accessibilité des personnes en situation de handicap à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement et ses recommandations, quant au Messiah college, il a présenté les activités mises en oeuvre suite à l’étude et les perspectives. En plus, Sights Savers a présenté les résultats de leur activité pilote à Tienfala sur les latrines Damou et les puits adaptés dans la région de Koulikoro.

Hugues nouveller de handicap international

A l’ouverture de l’atelier, M. Hugues Nouveller de Handicap International, dans sa présentation sur les résultats de l’étude sur l’accessibilité des personnes handicapées à l’eau, l’hygiène et l’assainissement dans le cercle de Tominian région de Ségou, a souligné que l’étude était basée sur l’échantillonnage dans 313 villages de 12 communes qui comptent 183 185 habitants dont 7% de personnes handicapées.

Les questionnaires étaient adressés aux chefs de ménage et aux personnes handicapées. A en croire M. Hugues Nouveller, 65% des villages disposent des points d’eau, c’est seulement 16% des personnes handicapées qui les utilisent.

Afin de compléter les résultats de l’étude et d’échanger avec les personnes handicapées sur leurs difficultés en terme d’accessibilité à l’eau et à l’assainissement et sur leur proposition en terme d’aménagement, quatre focus groupes ont été organisés sur la commune périurbaine de San et le village de Mandiakuy.

Par rapport à la disponibilité de l’eau, dans 19 villages parmi les 30 de l’échantillon, il a été noté la présence d’un forage avec certitude et dans 5 villages, il a souligné qu’il n’y en avait pas. S’agissant du transport de l’eau, il a été souligné que parmi les femmes en situation de handicap ou ayant des difficultés liées à la grossesse deux sur cinq ne vont jamais chercher de l’eau mais un tiers assure cette tâche tout le temps.

Les personnes handicapées et l’utilisation des points d’eau

Par rapport à l’utilisation des points d’eau parmi les personnes handicapées qui puisent l’eau, le quasi totalité le font debout et un quart puisent l’eau avec difficulté. Trois quart des personnes handicapées physiques montent et ou descendent difficilement la dalle d’un puits. Après avoir puisé l’eau, près de la moitié des personnes handicapées éprouvent des difficultés pour la transporter, un tiers est souvent obligé de s’arrêter en cours de route.

S’agissant de l’accessibilité des latrines, 42% des personnes handicapées connaissent des difficultés d’accès et évoquent qu’ils sont souvent obligées de poser leurs mains par terre pour entrer dans les latrines. En plus, l’étude a relevé des recommandations proposées par les personnes handicapées en termes d’amenagements.

Par rapport au transport de l’eau, il a été proposé d’aménager le tricycle afin de transporter un récipient. S’agissant l’accès aux puits, la proposition principale concerne la mise en place d’une poulie pour faciliter le maniement des puisettes et la possibilité de poser une dalle en ciment autour du puits afin d’éviter la stagnation des eaux usées.

Concernant les latrines, plusieurs personnes ont souligné l’importance d’amenager l’intérieur des toilettes avec une dalle en ciment afin d’améliorer l’hygiène.


Dado CAMARA

22 Janvier 2009