Partager

Malgré les efforts consentis par l’Etat et les partenaires au développement, le taux d’accès à l’eau potable et à l’assainissement à l’échelle nationale est toujours à la traîne. Il est de 64% pour l’eau potable et 33% pour l’assainissement. Pour renverser la donne à l’horizon 2015, la Coalition pour l’Accès à l’eau potable, l’Hygiène et l’Assainissement (CAEPHA) veut jouer sa partition. Et pour ce faire, elle entend peser de toutes ses forces auprès des décideurs politiques en vue de les amener à poser plus d’actions en faveur du secteur. Tel était le but recherché de la conférence débat qu’elle a organisé, le 24 avril 2014, dans la grande salle de conférence de la Dette publique.

La guerre de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement pour tous les Maliens engagée par la coalition pour l’Accès à l’eau potable, l’Hygiène et l’Assainissement se gagnera avec les décideurs politiques à travers l’attribution d’une allocation suffisante aux acteurs chargés du secteur.

Telle est la conviction de la présidente de ladite coalition. Ainsi, pour mieux outiller ses acteurs afin qu’ils puissent influencer les décideurs et obtenir un meilleur financement du secteur, la coalition a organisé, le 24 avril 2014, une conférence débats à leur intention.

Et au-delà, explique la présidente de la CAEPHA, Mme Coulibaly Salimata Diarra, il s’agit aussi d’informer l’opinion nationale et internationale sur le niveau insuffisant de la couverture totale du pays en eau potable et en matière d’assainissement et sur leurs conséquences.

Au cours de cette conférence débats, les participants ont pu se familiariser avec entre autres la problématique du financement du secteur EPHA, le financement des ouvrages : défis et perspectives, les conséquences de l’insuffisance de financement du secteur eau et assainissement. Les exposants étaient : Boureïma Tabalaba, Mody Diakité, Mme Coulibaly Salimata Diarra et Ousmane Diakité.

Youssouf Z

25 Avril 2014