Partager

Les habitants de la région d’Abyei, revendiquée par le Soudan et le Soudan du Sud, votent depuis dimanche sur leur rattachement à Juba ou Khartoum, lors d’un référendum non reconnu officiellement et susceptible de raviver les tensions entre les deux voisins. Plus que stratégique, l’intérêt que portent Juba et Khartoum à ce territoire est essentiellement symbolique et affectif, de nombreux responsables soudanais et sud-soudanais en étant originaires. La région fut pétrolifère, mais ses réserves sont en cours d’assèchement. Sa terre est potentiellement fertile, mais son agriculture est essentiellement de subsistance et ses rares infrastructures ont souffert de la longue guerre civile, puis d’une incursion de l’armée soudanaise en 2011.Ni Juba ni Khartoum ni la communauté internationale ne soutiennent officiellement le référendum en cours à l’initiative des Ngok Dinka. Ces derniers jours, l’ONU avait à nouveau appelé les parties à s’abstenir de « toute action unilatérale qui pourrait aggraver la tension », estimant la situation à Abyei « explosive ».Lundi, M. Béchir a cependant assuré qu’il continuerait avec son « frère Salva Kiir » à chercher « une solution pour Abyei ».AFP.