Partager

fil.jpg Nous la nommerons Ina.

Les années passèrent, la gamine est devenue aujourd’hui une adolescente dont la beauté et le sourire ne laissent pas indifférents les jeunes mâles de son entourage.

A.C. qui avait suivi l’évolution physique de INA faisait partie aussi des admirateurs de la belle. Tous les matins, en la regardant sortir avec ses amies, A.C. salivait d’envie de la prendre dans ses bras. Mais comment faire pour se retrouver seul avec une jeune fille surveillée par son père comme le lait sur le feu.

Des avances

A.C. a tourné et retourné la question sans trouver une ébauche de solution. L’occasion se présenta au début de cette année 2007. En février dernier, la fille est venue demander 200 Fcfa à l’étudiant. A.C. n’en crut pas ses oreilles. La chance lui souriait de façon inattendue. Il se voyait déjà en compagnie de la belle Ina dans sa chambre, en retrait dans la cour. Il s’empressa de lui donner la somme demandée et de lui faire des avances. La fille ne les rejeta pas.

Au contraire, Ina sembla même flattée par les mots doux du jeune homme. Elle se laissa même embrasser pendant de longues minutes par le jeune étudiant. Puis au moment de partir, elle lui fixa un rendez-vous qu’elle honorera quelques jours plus tard. Profitant de l’absence de son père, un matin, elle s’introduisit chez A.C. qui la mit aussitôt dans son lit. Mais les choses ne se passèrent pas comme le jeune étudiant le souhaitait. L’adolescente était superbe mais … novice Ina n’ayant jamais connu d’homme, elle souffrit. Et elle voulut crier mais A.C. devança son réflexe et la bâillonna avec une main le temps de se satisfaire.

La fille se redressa, s’habilla et retourna dans sa chambre sans rien dire à personne. Au retour des parents d’Ina du travail, le jeune étudiant craignit que la fille le dénonce. Mais d’un clin d’œil, la Ina le rassura. La vie continua donc son cours dans cette concession. Jusqu’à un certain jour… Comme la première fois, Ina vint rendre visite à son amant vers 10 heures. La maisonnée était vide. Les femmes étaient allées au marché, les élèves à l’école et le père de famille, au travail. AC et Ina étaient seuls. La jeune fille se mit au lit après s’être débarrassée de ses vêtements.

Pédophilie

Dès lors, les tourtereaux profitaient de toutes les occasions pour se retrouver. Ainsi dans la nuit du 22 au 23 mars, tout le monde dormait quand Ina eut envie d’être dans les bras de son amant. Elle se leva et le rejoignit dans sa chambre. Fatigués après leurs ébats, ils s’endormirent comme des anges l’un dans les bras de l’autre. Vers 3h du matin, le père de la jeune fille se réveilla pour se rendre aux toilettes. Il remarqua que sa fille ne dormait pas dans le salon comme d’habitude. Il la chercha partout, mais ne la trouva nulle part dans la maison. Il se mit à l’appeler avec force.
La jeune fille se réveilla en sursaut. Et sans même enfiler ses habits, elle se précipita hors de la chambre de A.C. et répondit instinctivement : « je suis ici !« . Derrière elle, l’étudiant affolé alluma la lumière dans sa chambre et commença à mettre précipitamment son pantalon qui traînait par terre. De loin, le vieux l’aperçut à travers le rideau et se prit la tête.

« Tu as fait ça à ma fille ? Tu es un ingrat. Comment peux-tu faire ça avec ta petite sœur Ina ?« . A. C ne pu répondre. Il acheva précipitamment de s’habiller et sortit errer dans la rue.

Très tôt le 23 mars, le père le conduisit au commissariat du deuxième arrondissement et porta plainte contre lui. Convoqué par l’inspecteur Moussa Diakité, l’étudiant reconnut avoir eu des rapports sexuels avec la fille, mais avec le consentement de celle-ci. La fille confirma les déclarations de l’étudiant. Les policiers qui croyaient avoir affaire à une histoire de viol se ravisèrent. Ils requalifièrent le forfait de l’étudiant en pédophilie.

A.C. a été déféré au tribunal de première instance de la Commune III. Il comparaîtra devant un juge d’instruction. Il regrette certainement d’avoir cédé à ses fantasmes.

G. A. DICKO | Essor

02 avril 07