Partager

A travers une grande marche partie de la bourse du travail au monument de la colombe de la paix, la communauté musulmane a exprimé son opposition à l’abolition de la peine de mort dont le projet de loi se trouve en examen à l’Assemblée nationale.

La marche, qui a réussi une mobilisation gigantesque avec plus d’un millier de manifestants, s’est terminée par une déclaration de la communauté musulmane.

«L’abolition de la peine de mort ne résout aucun problème réel qui se pose à notre pays. Elle est loin d’être une priorité dans le contexte socioéconomique actuel caractérisé entre autres par des problèmes comme la situation d’insécurité qui sévit dans le Nord de notre pays, la crise scolaire, la baisse drastique du pouvoir d’achat.

C’est pourquoi, nous, communauté musulmane du Mali, nous mobilisons contre l’abolition de la peine de mort pour une société de justice et de solidarité, un Etat fondé sur des valeurs véritablement humanistes et conformes à nos traditions séculaires, l’unité nationale et l’intégrité du territoire assuré par une armée forte.

Puisse Allah, le tout puissant nous guider dans le droit chemin. Paix et salut sur le prophète Mohamed ».

C’est en ces termes que Mohamed Kimbiri a conclu la déclaration de la communauté musulmane du Mali à l’issue d’une marche de protestation contre le projet de loi portant abolition de la peine de mort dont le texte est en voie d’adoption par les députés.

Cette marche, qui a eu lieu le 21 juin 2008, a mobilisé une foule nombreuse estimée à plus d’un millier de personnes. On notait la présence de Modibo Sangaré, le président de l’Union Nationale pour la Renaissance (UNPR).
La communauté musulmane exprime son hostilité à ce projet de loi par neuf (09) principes qui sont d’ordre religieux, social et sécuritaire.

La peine de mort est reconnue par la religion musulmane comme la sanction qui répond à hauteur d’aspiration les délits criminels.

Et que seuls les ayant droits de la victime peuvent choisir de pardonner. Les responsables de cette marche ont expliqué la peine de mort comme une sanction dissuasive pour tout homme saint d’esprit qui pourrait être tenté d’enlever la vie de son prochain.

Selon eux, toutes les sensibilités traditionnelles du pays sont presque favorables à cette vision. C’est pourquoi, note la déclaration, la communauté musulmane du Mali, soucieuse de l’avenir de la nation soutient avec rigueur le maintien de la peine de mort.

Contrairement aux observations gouvernementales, la communauté musulmane souligne que l’abolition de la peine de mort constituera, sans nul doute, une grave atteinte aux principes d’une justice équitable.

Elle pourra aussi, observe-t-elle, porter un coup à la stabilité sociale ainsi qu’une périlleuse fragilisation des institutions du pays. En définitive, elle relève que l’abolition de la peine capitale préserve la vie du criminel aux dépens de sa victime.


Seydou Coulibaly

Gnimadi Destin

23 Juin 2008