Partager

Le parti Union Nationale pour le Renouveau (UNPR) a tenu une conférence de presse le dimanche 9 décembre 2007 à son siège, sis à Bamako Coura Bolibana.

La conférence de presse était animée par son président M. Modibo Sangaré en présence des militants du parti. L’objectif de cette conférence était de respecter une promesse faite suite à la marche de protestation contre le projet de loi d’abolition de la peine de mort au Mali, interdite par les pouvoirs publics. Cette promesse tenait à la volonté de ne pas rester indifférent face aux agissements du pouvoir en place, mais plutôt d’engager une action décisive dans le sens des intérêts de la nation et d’évoquer le souci de travailler pour la nation tout entière.

Le conférencier, dans une véritable diatribe, a critiqué les agissements de certains responsables religieux avant de dénoncer la corruption, la démagogie, l’immoralité, le mal vivre des Maliens engendrés par leur peur, leur passivité et leur immobilisme face à leur avenir.

Selon lui, le pouvoir aurait payé gracieusement certains chefs religieux du Haut conseil islamique en raison de leur promesse à faire passer le projet de loi d’abolition de la peine de mort. Il a ensuite indiqué que le pouvoir les a informés du retrait du projet de loi d’abolition de la peine de mort et non la suspension tantôt signifiée au Haut conseil islamique.

Avant de rappeler que l’UNPR demande pour toujours le retrait du projet de loi en question. « L’Europe laïque abrite les partis politiques religieux, pourquoi pas le Mali? » s’interroge t-il.
Pour lui, la position de l’UNPR est la préservation de nos valeurs morales, traditionnelles positives singulièrement celles de la religion, y compris celles des autres religions pratiquées au Mali. Entre autres propositions formulées, il dira qu’il faut que le Mali progresse vers la création d’un Etat islamique, l’introduction de l’éducation islamique dans nos écoles, la création d’un ministère des affaires religieuses etc…

Et pour ce faire, la lutte doit se faire pacifiquement. D’ores et déjà, l’UNPR prévoit une large concertation après la fête de Tabaski, en vue d’une très grande marche et ce jusqu’à ce que le changement véritable puisse se faire.

Au fond, l’UNPR a une vision positive centrée sur l’homme car sans une bonne éducation religieuse l’homme ne peut révéler toutes les vertus qu’il possède afin de permettre à ses semblables d’en profiter. Ce qui explique le chaos auquel nous assistons aujourd’hui notamment celui de la corruption et ses corollaires.

Sidi Modibo Sagara

12 Décembre 2007.