Partager

Aujourd’hui, l’une des questions qui fâchent la communauté musulmane du Mali est celle de l’abolition de la peine de mort. Pourtant, le gouvernement malien n’a jamais caché sa intention pour son adoption, le 17 octobre 2007.

En effet, au nom de tous les musulmans maliens, le parti de l’Union Nationale Pour la Renaissance “Faso Dambé-ton” (UNPR) a manifesté son opposition à l’abolition de la peine de mort, à travers une conférence-débats organisée le 20 octobre 2007 au Centre International de Conférence.

Son ordre du jour était : “la peine de mort est-elle une injsutice ou un rétablissement de droit? Arguments des partisans et adversaires de la peine capitale”. La conférence était animée par Modibo Sangaré, président de l’UNPR, Mohamoud Kouma, secrétaire général, et Mohamoud Dicko, président de la radio Islamique du Mali. Notons que, c’est dans un esprit de solidarité que les militants et sympathisants de l’UNPR ont repondu massivement à l’appel du parti.

Rappelons que la peine de mort existe depuis lontemps et fait l’objet de débats dans toutes les sociétés. C’est dans ce contexte d’ailleurs que le président du parti a expliqué que le premier débat officiel international a eu lieu en France en 1791, juste après le moyen âge au cours duquel l’abolition de la peine de mort était défendue par la Communauté internationale sous prétexte qu’elle constitue une violation des droits humains.

En effet, pour justifier l’aberration de cette idéologie dévastatriste des régles sacro-saintes du Coran, M. Sangaré a montré en quoi l’abolition de la peine de mort constitue une atteinte à l’honneur de l’islam et aux martrys qui ont donné leur vie pour défendre la réligion musulmane.

Pour expliquer les différentes idéologies, deux questions ont d’abord suscuté l’engouement du président du parti. Il s’agit de savoir si : “la victime doit se venger ou réclamer son dommage”.

De prime abord, il a montré que l’être humain est le plus précieux que Dieu a honoré parmi les autres créatures. Pour Le Tout Puissant, un homme sauvé équivaut à la sauvegarde de tout le monde. Ce qui explique que seul Dieu est habilité à arracher à la mort tout individu, et qu’il n’appartient à personne de donner la mort à son semblable. Telles sont les recommandations de Dieu.

Ceux qui pensent que la peine de mort constitue une violation des droits humains entrent en contradiction directe avec les paroles de Dieu, selon Modibo Sangaré. Car ce n’est pas en abolissant la peine de mort qu’on peut préserver la vie du genre humain.

Par contre, Dieu a dit, dans la sourate Baccara, verset 178 du Coran : “Libre pour libre, exclave pour exclave”, ce qui traduit la loi du talion “oeil pour oeil, dent pour dent”.

En réalité, aucune personne n’aura jamais l’audace de tuer, s’il a conscience qu’en tuant une autre personne, il doit être tuée. Telle est la seule façon de sauvegarder la vie d’un être humain. Cela va d’ailleurs en droite ligne des règles de Dieu.

Aussi, le président du parti a déclaré que l’Islam n’est pas une réligion de Barbares. Au contraire, les abolisseurs de la peine de mort sont les destabilisateurs de l’islam, car ils portent directement atteinte au pouvoir théocratique de Dieu.

Selon Mahamoud Kouma, toute société qui refuse la peine de mort n’aura jamais la paix pour son peuple. Car chaque maladie a son remède, et la paix de l’âme d’une victime dépend de la mort de son assasin, qu’elle soit faite volontairement ou involontairement.

C’est une recommandation de Dieu, car Il savait que l’abolition d’une peine de mort entre les êtres humains pouvait être source d’encouragement de la crimilialité, de l’insécurité, et de la délinquance…

Ainsi,“qui ne dit mot consent”, d’après Mahamoud Dicko, directeur de la radio islamique, qui souligne que celui qui ne combat pas l’abolition de la peine de mort porte atteinte à l’Islam et sera puni par Dieu. Aussi, celui qui la défend doit être considéré comme un criminel.

Selon eux, on ne peut pas aimer une chose et son contraire. C’est pour dire qu’on ne peut pas être musulman et combattre les paroles de Dieu.

Hady BARRY

22 octobre 2007.