Partager

Le prix Nobel de la paix, le 100e du genre, a été décerné cette année au président éthiopien, Abiy Ahmed, pour son apport à la coopération internationale et pour ses efforts de paix, notamment avec le frère ennemi et voisin érythréen. C’est le vendredi dernier que les jurés du Nobel ont rendu public le nom du lauréat parmi les 304 candidats inscrits sur leurs tablettes, mais il faudra attendre le 10 décembre prochain pour que le quadragénaire président d’Ethiopie reçoive sa médaille d’or, son diplôme et le chèque qui va avec, d’un montant de 9 millions de couronnes suédoises, soit un peu moins de 600 millions de F CFA. C’est plus qu’un honneur pour cet homme qui dirige l’Exécutif éthiopien depuis seulement un peu plus d’une année, et qui s’est investi tambour battant et dès sa prise de fonction, pour la fin de la belligérance entre son pays et l’Erythrée depuis que ce dernier a obtenu son indépendance au terme d’une guerre fratricide, en 1991. Dès la révélation du nom du lauréat de cette distinction tant convoitée, des critiques ont été formulées à l’encontre du jury pour ce choix, au motif que Abiy Ahmed n’est non seulement pas parvenu à désamorcer les tensions internes qui se traduisent par des affrontements intercommunautaires mais aussi que pour ce qui concerne la réconciliation avec son voisi…LePays