Partager

web-10.jpgAlors que certaines femmes sont prêtes à tout sacrifier pour avoir le bonheur d’être mère, d’autres se débarrassent de ce «cadeau du ciel» aussitôt qu’elles l’ont obtenu, pour diverses raisons. Tel est le cas de la jeune Batoma détenue par les gendarmes pour avoir jeté sa petite fille dans des touffes d’herbe au bord d’un chemin.

La jeune mère a perpétré son acte criminel la semaine dernière dans l’un des vieux quartiers de Dioïla, entre le centre ville et l’abattoir. Ce jour là, les passants furent alertés par des pleurs de bébé provenant des hautes herbes. Ils découvrirent un nouveau-né âgé d’un jour seulement, abandonné certainement par une jeune femme désespérée.

Ces témoins informèrent aussitôt les radios de la ville afin d’alerter les habitants de Dioïla et ses environs. Ils ont ensuite saisi la brigade de gendarmerie qui dépêcha des agents pour transporter le nourrisson à la maternité. Les recherches aboutirent à la découverte de la mère du bébé, une certaine Batoma. L’enquête a dévoilé que la jeune fille était à son deuxième geste d’abandon d’enfant. Elle vivait en concubinage avec un premier homme dont elle entretient la fille d’environ trois ans. Elle a abandonné cet ami pour suivre un jeune apprenti-chauffeur. Cette union sera couronnée d’une grossesse. Quelques mois plus tard, Gaoussou Bakary nia la paternité de l’enfant. Cette trahison plongea Batoma dans un désespoir profond qui l’a poussée à commettre l’irréparable.

Au cours des interrogatoires, elle a reconnu avoir déposé le nourrisson dans les herbes. Les autorités ont conduit l’enfant au centre de santé pour recevoir les premiers soins. La mère indigne a également été admise à la maternité du centre de santé de référence de Dioïla.

Le lundi dernier, Batoma et ses deux enfants, la fillette attachée au dos et le nourrisson, étaient dans les locaux de la Brigade territoriale de Dioïla pour les besoins de l’enquête.

La justice punira à hauteur de crime les irresponsables parents, Batoma et Gaoussou Bakary.

A.B COULIBALY | AMAP-Dioïla

1 aout 2007