Partager


Aziz Koné est le huitième d’une famille de douze enfants. Il est aussi, à l’exception de sa grande soeur de onze ans, le seul survivant de cette nombreuse progéniture, les autres étant tous décédés à bas âge. Aziz est né en 2002 sans aucune anomalie. A trois ans, il s’est retrouvé terrassé par une méningite qui a fait de lui, aujourd’hui, un enfant infirme.

En 2005, au début de la maladie, la pédiatrie de l’hôpital Gabriel Touré avait décelé une méningite qui l’avait paralysé. Même s’asseoir seul, il ne pouvait pas le faire, ne parlant pas, son cou n’arrivait pas non plus à supporter sa tête et les pupilles de ses yeux ne bougeaient pas non plus. Son père, Nouhoum Koné, tailleur de son état, après que tout son argent eut été complètement épuisé, a vendu trois de ses machines pour pouvoir soigner son fils.

Il a ainsi décidé, après sa libération au niveau de Gabriel Touré, de l’envoyer dans son village à Tonfa, situé à 35 km de Bougouni pour un traitement traditionnel. Grâce à ce traitement, aujourd’hui âgé de sept ans, Aziz commence à parler un tout petit peu. Déterminé à anéantir le mal qui ravage son unique fils, Nouhoum a décidé de reprendre le chemin de l’hôpital.

Destination : « Le Luxembourg » à cause de la propension de cet établissement à soutenir les plus démunis. Malheureusement, le Luxembourg n’étant pas compétent pour le cas du petit Abdoul Aziz Koné, celui-ci fut renvoyé au service de « Neurologie » du Point G. Mais n’ayant pas en poche un sou, Nouhoum Koné se garda d’y envoyer son enfant.

Désemparé de voir son fils mourir à petit feu, Nouhoum Koné demande aux âmes sensibles et aux bonnes volontés de l’aider à sauver son enfant.

Fatoumata Mah Thiam KONE

Pour tout contact s’adresser à Nouhoum Koné au 73-43-34-35 ou à
Ramatou Doumbia au 78-83-41-95.

15 Janvier 2009