Partager

Je voudrais attirer votre attention sur le fait que lors d’un échange avec un de vos collaborateurs, celui-ci a extrapolé des propos que j’ai tenus sur une éventuelle opposition consistante que nous allons constituer au lendemain du second tour, en termes d’ « imposer la cohabitation à IBK. » J’expliquais en fait que nous ferons tout pour que le RPM n’ait pas « une majorité écrabouillante » comme l’ADEMA en 1997-2002.

Dans « la roue libre » de votre journal daté du 08 janvier 2014, MLD, dans ses élucubrations, brode tout un tas de propos malveillants à mon endroit au sujet du mot « cohabitation », comme si le journal L’INDEPENDANT fait de ces propos qu’on m’a prêtés et que je n’ai jamais tenus (je le jure sur l’honneur !) un fonds de commerce. Je voudrais donc que les lecteurs de ce précieux journal sachent que je connais le poids des mots et la fragilité dans laquelle mon pays se trouve pour oser parler d’une cohabitation. Sans être professeur, je sais, en tant que juriste, homme politique et patriote ce que recouvre le mot cohabitation pour l’employer à tort et à travers. Que ceci soit entendu et compris ! Merci. PPR.

Notre réaction :

Au lieu d’avoir le courage de rectifier le tir à temps sur les propos que notre collaborateur aurait prétendument extrapolés, Djiguiba Kéita induit en erreur les lecteurs de « ce précieux journal » si tant est qu’il est sincère. Comme on le voit, PPR est toujours en retard d’une révolution.

MLD

L’Indépendant du 10 Janvier 2014