Partager

La première pierre d’un monument à la mémoire de Thomas Sankara a été posée ce 15 octobre à Ouagadougou, 31 ans jour pour jour après l’assassinat du père de la révolution burkinabè. La statue de cinq mètres de haut, un bronze en ronde bosse, sera érigée sur une superficie de quatre hectares au siège du Conseil national de la révolution, où le président Sankara a été tué par un commando le 15 octobre 1987 à 37 ans lors du coup qui porta au pouvoir son compagnon d’armes, Blaise Compaoré. Ce dernier, soupçonné d’avoir participé au complot par de nombreux Burkinabè, fut à son retour renversé lors d’un soulèvement populaire le 31 octobre 2014. La mort de Thomas Sankara, devenue une figure panafricaine, était un sujet tabou pendant ses 27 ans de pouvoir Sur chacune des quatre faces du socle en béton de trois mètres de haut figureront trois bustes des douze camarades tués en même temps que le capitaine Sankara, a expliqué un des concepteurs du monument, Jean-Luc Aristide Bambara. « Une mémoire vivace » pour le président Roch Kaboré. « La pose de cette première pierre en ce jour anniversaire de l’assassinat de Thomas Sankara et de ses douze compagnons nous offre l’occasion de commémorer ce triste événement et de nous remémorer le sacrifice ultime que le président du CNR a accepté d’assumer avec lucidité, courage et dignité », a déclaré le PCIM de Thomas Sankara.JEUNEAFRIQUE