Partager

Le candidat de l’Union pour la République et la démocratie (URD) Soumaïla Cissé a choisi la Venise malienne, dimanche dernier, pour lancer sa campagne pour l’élection du président de la République. Dans un stade Baréma Bocoum acquis à sa cause, « Soumi-Solution » s’est engagé à changer les conditions de vie des Maliens à travers son « Pacte pour l’émergence » (PPE).

C’est au stade Baréma Bocoum, situé à Mopti (à plus de 650 km de Bamako) que Soumaïla Cissé a officiellement donné le ton de sa campagne présidentielle dont 1er tour est fixé au 28 juillet. Aucun leader des partis alliés et mouvements associés qui ont signé des plates formes de partenariat pour soutenir sa candidature n’a manqué à l’appel à la cérémonie riche en couleurs.

Les messages sur les affiches des clubs, associations, mouvements de soutien et les gigantesques posters du candidat dressés dans le stade n’avaient qu’un seul objectif : inciter les militants à voter Soumaïla et à le porter à Koulouba (siège de la présidence du Mali) au soir du 28 juillet.

Les mêmes annonces défilaient sur les écrans géants suspendus par endroits par les soins de l’équipe technique. Que dire du public ? Sinon une déferlante de militants et sympathisants des plus modestes aux plus illustres, en présence de toute l’équipe de campagne au grand complet. En somme, une ambiance impressionnante !

A 16 h 15, Soumaïla Cissé, tout de blanc vêtu fit une entrée en fanfare dans le stade dans un véhicule de couleur beige décapotable, les deux mains en l’air devant une armée de caméras et d’objectifs. Les instants émouvants pour l’homme, qui prononçait son tout premier discours de campagne à l’élection du 28 juillet.

Sous une tribune décorée aux couleurs du parti (vert blanc), Soumaïla Cissé a dévoilé le contenu de son « Pacte pour l’émergence », qui pose les « fondations d’un Mali nouveau » qui ne peut être opéré que par le biais de véritables innovations « si nous voulons bâtir le Mali nouveau ». Cela, affirmera-t-il, passe par la dédicace à la compétence, à l’expérience, à la vision et au leadership avec des hommes et des femmes d’action.

Le PPE, basé sur le programme pour « un Mali nouveau », s’articule, à ses dires, autour d’un plan progressiste pour l’éducation et la formation pour le progrès de la connaissance et du savoir, grâce à la revalorisation de la fonction enseignante ; un vaste plan de l’économie et des investissements pour la croissance et l’emploi ; un plan ambitieux en faveur de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, pour une révolution agro-industrielle au Mali.

Ouvrir les portes du progrès

Le PPE envisage un plan innovant pour l’industrie pour la modernisation de notre système productif, mais aussi un plan solidaire pour la prise en compte de la santé et de l’assainissement.

Véritable Plan Marshall pour notre pays, le « Programme pour un Mali nouveau », c’est aussi des chiffres pour la création de l’emploi. S’il est élu président du Mali, Soumaïla Cissé s’engage à créer 500 000 emplois pour les jeunes dans les cinq prochaines années et 500 000 projets féminins. « Ces engagements peuvent vous sembler ambitieux, mais ils sont totalement à notre mesure », a-t-il dit.

Pour réussir le PPE, le candidat de l’URD, compte apporter plus d’innovation, plus d’imagination, plus d’anticipation et plus de leadership, dans nos politiques de développement. Pour le mettre en œuvre, il n’a qu’une solution : « Nous ouvrirons les portes au progrès avec des actions permanentes pour le faire en vue de la réussite éducative, la réussite économique, la réussite de notre agriculture, de notre élevage et de notre pêche ». Cette mise en œuvre du Pacte pour l’émergence passe également par « l’organisation des débats, des échanges afin de mobiliser, convaincre les jeunes que l’heure du Mali nouveau a sonné ».

« Je veux avec le Pacte pour l’émergence, rassembler tous les démocrates et tous les républicains quelles que soient leurs appartenances politiques », a révélé Soumi. Et de mettre l’accent sur l’engagement des jeunes et des femmes au cœur des stratégies de développement. L’ancien président de la Commission de l’Uémoa a souligné que le PPE constitue la prise en compte de leurs aspirations quotidiennes. « Le PPE pourra permettre à nos enfants de se construire un avenir à la hauteur de leurs espérances et leurs rêves, dans un pays stable et sécurisé ».

Le président du parti, Younoussi Touré, celui des clubs de soutien à Soumaïla Cissé, M. Armand Moncourt, le secrétaire général de la section URD de Mopti, Garba Yoro Samassékou, et le porte parole du FDR, Oumar Hamadoun Dicko, ont pris la parole pour magnifier les qualités et compétences de leur candidat. A leurs dires, Soumi « c’est la solution aux problèmes du Mali », ont-ils appelé les militants à retirer leurs cartes et voter Soumaïla Cissé.

La cérémonie a été émaillée par la prestation des troupes folkloriques, des artistes venus du Burkina Faso et du Mali. La pluie, signe précurseur de bonnes choses dans nos croyances, a écourté la cérémonie

Amadou Sidibé

Abdrahamane Dicko

(depuis Mopti-Sévaré)

———————————————————————–

La pluie en invitée-vedette

Dimanche 7 juillet, la campagne pour l’élection du président de la République a été lancée. A Mopti, l’URD et ses partis alliés ont abattu un travail gigantesque en vue de la bonne organisation de la cérémonie. Le moindre détail a été pris en compte par l’agence DFA-Communication. C’était un décor séduisant prêt pour accueillir les grands événements qui a été installé.

Bref, côté organisation tout était sous contrôle. Un phénomène inédit s’est invité à la fête : la pluie. A peine Soumaïla Cissé a commencé son discours qu’un vent violent accompagné de poussière toute rouge s’est abattue sur la ville rendant impossible la poursuite des activités prévues. De mémoire des Mopticiens, cela fait plusieurs années que ce genre de poussière rendant impossible la visibilité ne s’était produite. Conséquence : Le candidat Soumaïla était obligé de faire le résumé de son allocution.

10 Juillet 2013