Partager

Les enseignants du Mali plus unis que jamais viennent de célébrer leur journée. Pour l’occasion, ils ont pris d’assaut la salle de conférence du Carrefour des jeunes. C’était le jeudi 10 octobre. Au plan national, l’événement a été célébré sous le thème : » Des enseignants de qualité pour un enseignement de qualité: quelle place pour les enseignants des écoles communautaires » ?

Le 5 octobre, la communauté internationale a célèbré la journée mondiale des enseignants, instituée par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science, la culture et la communication (UNESCO), pour rendre hommage aux femmes et aux hommes qui ont pris l’engagement de consacrer leur vie à l’éducation des enfants.

Cette commémoration est aussi l’occasion choisie pour certaines organisations syndicales comme le SNEC et la FEN qui se livraient une lutte sans merci depuis des décennies, de se donner la main et d’unir leurs efforts.

Cela à travers un collectif des syndicats d’enseignant qui regroupe désormais le SNEC, la FEN, la Coordination des syndicats de l’enseignement secondaire (Coses), la Fédération nationale des associations des parents d’élèves et des étudiants du Mali (FENAREC), le syndicat national des enseignants du secondaire de l’État et des Collectivités (Synesec) et le syndicat national des enseignants fonctionnaires des collectivités territoriales (Synefct).

L’événement était présidé par le ministre de l’Éducation nationale, Mme Togola Jacqueline Marie Nana en présence du porte-parole du collectif des syndicats d’enseignant, Soumana Kalapo.
Ce dernier a souligné que cette journée offre l’occasion de célébrer les enseignantes et les enseignants, mais aussi d’examiner les problèmes qui se posent à eux.

Il a aussi rappelé les propos d’Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO à l’occasion de cette journée qui relève que les enseignants constituent la force la plus puissante pour permettre l’accès, l’équité et la qualité de l’éducation. Parlant du collectif, Maouloud Ben Kattra, secrétaire général du Snec a rappelé que désormais la Fen et le Snec uniront leurs forces pour former une seule et même voix pour le bonheur des enseignants.

» Nous avons un combat commun, c’est défendre l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants du Mali. Il était urgent et nécessaire d’unir nos forces. Il faut un syndicat uni et fort pour faire aboutir nos revendications communes » a-t-il déclaré.

Avant d’ajouter qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire. De son côté, la ministre de l’Éducation s’est réjouie du choix porté sur son département pour parrainer les activités de la journée des enseignants.

Elle a salué le témoignage éloquent du partenariat dynamique et fécond qui existe entre son département et l’ensemble des syndicats d’enseignants.

Ramata TEMBELY

11 Octobre 2013