Partager

La pré-fête est un moment propice de vols de bétail dans les concessions. Un cas survenu à Korofina en Commune I est édifiant à plus d’un titre. Fin novembre 2008, le commissariat de police du 6e arrondissement est saisi pour une affaire de vol de 6 moutons. Puisque la fête s’approche à grands pas, les victimes de vol en désespoir de cause n’ont d’autre choix que de se livrer à la recherche d’un bélier pour la fête.

C’est ainsi qu’ils se sont rendus au marché du bétail de Luna Park sur la route de Koulikoro mais dans l’intention de payer un mouton. Selon l’inspecteur divisionnaire Moussa Diarra, chef de la brigade de recherches du 6e arrondissement, les victimes identifient un de leurs moutons. Sans autre forme de procès, ils informent le revendeur que la bête et 5 autres ont été volées dans leur concession il y a peu. Ce dernier explique que l’animal lui a été vendu par un jeune homme, qui habite à Korofina Nord.

Avec la certitude que le mouton leur appartient, les victimes sont allées à la police pour dire qu’elles ont aperçu un de leurs moutons avec un revendeur de bétail. Aussitôt, le commissariat du 6e arrondissement dépêche une équipe sur les lieux aux fins d’interpeller le revendeur. Dans la foulée et continuant toujours ses investigations, le 6 arrondissement dans la soirée du 28 au 29 décembre 2008 envoie une équipe en compagnie du revendeur dans la famille du voleur. C’est à partir de là, selon l’inspecteur divisionnaire Moussa Diarra, que la goutte d’eau déborde le vase. « Lorsque nos agents ont pénétré la famille, ils se sont présentés au chef de famille. Mais il y avait un groupe de jeunes parmi lesquels un est venu fermer la porte et ils ont commencé à livrer un combat singulier aux agents », explique-t-il.

Aux dires de notre interlocuteur, l’équipe (deux agents) accompagnée d’un jeune homme qui connaît la famille a été la cible d’attaques des jeunes de la concession. « C’était la confusion totale. Les deux agents ont été blessés : l’un au bras gauche et l’autre à la mâchoire », confie le chef de la brigade de recherches. Alors qu’il attendait dans un taxi, le jeune guide a entendu des bruits dans la cour.

C’est ainsi qu’il a escaladé le mûr pour assister les agents qui ont été enfermés dans une chambre pour être sauvagement bastonné. « Dès qu’il a sauté le mur, un des frères des malfrats lui a fait directement face. Et c’est une lutte au corps à corps qui s’est engagée entre les deux hommes. Néanmoins, le jeune est parvenu à maîtriser son adversaire », témoigne M. Diarra.

Toujours, selon lui, c’est en voulant défendre son frère qui était en position de faiblesse « qu’une jeune fille s’est saisie de l’eau chaude et l’a versée dessus sur le jeune homme qui a été gravement blessé ». Les agents ne devront leur salut qu’à l’intervention d’une vieille personne de la famille. Par la suite, affirme le chef de la brigade de recherches, « le lendemain une personne de bonne volonté nous a informé que le chef de famille et son fils, qui est l’auteur principal du vol de moutons, s’étaient rendus dans une famille à Korofina pour confier les 5 moutons restants. Informés, nous avons poussé les recherches pour les récupérer ». Les moutons au nombre de 6 ont été restitués à leur propriétaire.

Après les accrochages, plusieurs personnes ont été interpellées pour avoir participé à la violence exercée sur des éléments du 6e arrondissement. En attendant de mettre la main sur le principal auteur du vol qui a pris la poudre d’escampette, l’inspecteur Moussa Diarra, assure que l’enquête suit son cours normal et que les auteurs de l’acte seront présentés au procureur de la République de la Commune I dans les jours à venir.

Mohamed Daou

03 décembre 2008