Partager


Le Nouvel Observateur, Affaire Elf : coup de pied dans la fourmilière, 19/10/2000 (Airy ROUTIER) : « L’affaire Elf entre dans une phase nouvelle avec l’arrivée du juge Renaud Van Ruymbeke. […] Les juges demandent des moyens extraordinaires pour arrêter le fuyard [Sirven] […].

Autre initiative : le mandat d’arrestation provisoire, aux fins d’extradition, lancé contre Pierre Lethier, ancien de la DGSE, aujourd’hui résident suisse. […]

Auparavant, Renaud Van Ruymbeke n’avait pas hésité à lancer un mandat d’arrêt international et à bloquer les fonds de Nadhmi Auchi, 63 ans, un homme d’affaires britannique d’origine irakienne, principal actionnaire de Paribas, qui préside un groupe qui pèse plus de 10 milliards de francs. […]

Pierre Lethier vient d’attaquer en justice les dirigeants d’Elf pour atteinte à sa réputation d’intermédiaire. Dans un long article publié par le Herald Tribune, dans lequel sont évoqués ses liens anciens avec la CIA, Lethier indique que le prétendu accord Kohl-Mitterrand pour faire financer, par Elf, la campagne électorale du chancelier allemand est un leurre pour masquer les turpitudes des dirigeants d’Elf ; que les 96 millions de francs [qu’il a encaissés dans cette affaire Leuna-Minol] étaient le juste prix de son travail et qu’il les a gardés pour lui et pour sa famille.

Un article étrange, allusif, qui met en cause, entre autres, Romano Prodi, actuel président de la commission européenne, et qui sonne comme un appel à la négociation. Auchi, lui, est explicite : « Je suis entièrement disposé à coopérer car je n’ai rien à me reprocher. […] Mais […] je souhaite avoir l’assurance que vos magistrats ne me mettront pas en prison« .

Ces hommes ont compris le message. […] À quoi sert-il d’être milliardaire si l’on doit se cacher dans un pays à la chaleur accablante et aux mauvais cigares comme Alfred Sirven aux Philippines ? À 45 ans, Pierre Lethier ne se voit pas confiné toute sa vie sur les bords du Léman. Quant à Auchi, il ne peut même pas se rendre dans sa maison de vacances, près de Cannes !

Problème. […] Ces hommes peuvent-ils tout dire ? Prenez Auchi. Selon nos informations, une partie de la somme qu’il a touchée [dans l’affaire Elf-Ertoil] aurait été reversée à une très haute personnalité espagnole, qu’il ne peut citer, même dans le cabinet du juge, sans provoquer une crise diplomatique majeure« .

(AFP, 08/11/2000)

04 Aout 2008