Partager


L’Inter de Bamako dans sa parution n° 164 dans sa rubrique intitulé «focus» écrivait : une ministre se tape un titre foncier avant de faire ses valises.


Historique du site :
les parcelles citées sont situées à 50 mètres du fleuve à Sébénicoro appartenait d’abord à l’administration coloniale qui les avait érigées en titre foncier en 1946 à Antoine pour y construire un hôpital.

Le Nouveau gouverneur de Bamako un grand bâtisseur animé à l’époque par des grands travaux d’infrastructure pour le développement de la ville n’a ménagé aucun effort pour l’octroi de titres fonciers à un colon bâtisseur.

Le titre foncier attribué en 1946 par l’administration coloniale à Antoine (dont le dispensaire de Bolibana porte son nom) a été morcelé et cédé par ce dernier à : Ibrahima Sall, Hamaciré Ndouré et Yaya Yattassaye.

Les faits

Une fois le domaine morcelé il est cédé par Antoine à, Sall, Ndouré et Yattassaye, ils saisissent les services des cadastres et domaines pour avoir à titre personnel leur T.F. ils l’ont eu en 1957 et depuis de cession en cession et de morcellement en morcellement les titres fonciers subissent des délimitations avec les nouveaux acquéreurs.


A Boubacar ce qui est à Boubacar

En 1990 Boubacar Sidibé père de Mme Soumaré Aminata Sidibé ancienne ministre des affaires foncières et des domaines achète une parcelle de terrain d’une superficie de 1290 mètres carrés avec maître Ibrahima Sall à déduire de l’ensemble du titre foncier n°1687(titre original).

L’âge avancé (85 ans bien sonnés) et ne pouvant plus fournir beaucoup d’énergie pour les travaux immobiliers, Boubacar scinde son T.F entre ses enfants.

La parcelle remise à sa fille Aïssata serait un endroit très convoité par les exploitants de sables .ils y déposent leurs graviers. Une fois munie de son papier, Aïssata érige sa fondation en vue de clôturer son lot. C’est ainsi que commencent ses déboires avec les exploitants de sables. Les usagers du fleuve n’ont pas apprécié cela.

Ce qui provoqua leur ire. D’où une interprétation autour des titres fonciers de la famille Sidibé. Toutes nos excuses au vieux Sidibé qui avait déjà son titre foncier en 1990 avant que Ami ne soit ministre.

Inter de Bamako

09 Mai 2008