Partager

La Chaine du continent, Africable dans sa quête d’être à la pointe de l’information a pu réaliser avec le Secrétaire général du MNLA, Mohamed Lemine Ould Hamad une interview exclusive. La chaîne continentale s’apprêtait à diffuser, hier soir à 20 h 30, ladite interview réalisée par notre confrère Abdoulaye Barry. C’est ainsi que toute la journée d’hier des bandes d’annonce de cette interview étaient passées sur la chaine pour annoncer la diffusion de son intégralité le soir. Alors que les responsables de la station télévisuelle pensaient avoir fait une bonne affaire pour édifier la lanterne de ses auditeurs sur les motivations réelles des envahisseurs du MNLA dans le nord Mali, des éléments des forces armées et de sécurité ont vu d’un mauvais oeil la diffusion d’une telle interview.

Ainsi, dans la journée d’hier des militaires lourdement armés à bord de plusieurs pickups ont débarqué au siège d’Africable à Sogoniko à la recherche du journaliste Abdoulaye Barry auteur de l’interview pour empêcher avec la manière forte toute diffusion de l’élément.

Aussi, dans leur récrimination, les militaires visiteurs ont exigé à la direction d’Africable, la suppression de certaines émissions, notamment politique comme le » Débat du dimanche « , le spot publicitaire » Bèkoukodo « .

Selon certaines indiscrétions, les militaires putschistes de Kati n’auraient pas apprécié certains propos tenus dans le Débat du Dimanche » du weekend end dernier. Lequel avait comme invités principaux Me Kassoum Tapo porte-parole du Front anti-putsch et Hammadou Amion Guindo de la COPAM, une organisation pro-junte.

En tout cas, l’irruption des militaires au siège d’Africable est une violation flagrante de la liberté d’expression dans notre pays. Elle intervient quelques semaines seulement après les interpellations par la Sécurité d’Etat du Directeur de publication de L’Indépendant, El Hadj Saouti Haidara et de celui du Prétoire, Birama Fall. On se rappelle, il y a quelques jours de cela, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement Hammadou Touré avait adressé une correspondance aux médias notamment les radios privées à faire preuve de professionnalisme dans le traitement de l’information en cette période de crise.

Ce geste avait été apprécié à sa juste valeur par les professionnels du secteur de la communication qui ne sont pas prêts à être complices des dérives pouvant conduire notre pays au chaos. Toutefois, les méthodes militaires pour intimider les hommes de média dans l’exercice de la profession, comme ce fut le cas d’Africable, sont révolues. Elles sont d’une autre époque que notre démocratie à dépasser. Il faudrait que les militaires mettent cela dans la cervelle En pareille circonstance, ils n’ont pas besoin d’aller prendre en otage le siège de la Station ou d’imposer un blocus. Des structures appropriées en la matière existent. C’est à elles de dire ce qui a lieu de faire. C’est pourquoi, le gouvernement doit rapidement prendre sa responsabilité pour remettre chacun à sa place.

Youssouf CAMARA

L’Indépendant du 13 Juin 2012