Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Situation du pays
Moussa Mara investi samedi candidat de YELEMA à la présidentielle 2012 : “Nous voulons faire du Mali une terre d’espérance ”

Investi candidat du parti Yelema à l’élection présidentielle de 2012, Moussa Mara, dans une déclaration solennelle empreinte d’une bonne dose de patriotisme s’est adressé aux militants et sympathisants de son parti, le 16 octobre dernier à Kayes dans une salle Massa Makan Diabaté pleine à craquer. Le président de Yelema a déclaré vouloir faire du Mali une terre d’espérance qui attire...

C’est un Moussa Mara très confiant en l’avenir de son pays, montrant qu’il est un technocrate, qui s’est adressé aux participants au congrès d’investiture de son parti pour l’élection présidentielle. Toute chose qui a suscité une grande liesse chez les militants.

" Faire de notre pays une terre d’espérance qui attire et qui garde. Une terre où il fait bon vivre. Où le jeune Malien s’épanouit et croit au lendemain. Où le père décèle des signes encourageants pour l’avenir de son fils. Où la mère estime probable une vie de foyer harmonieuse pour sa fille. Une terre ou de génération en génération, les citoyens naissent, vivent et se retirent en transmettant le flambeau à leurs continuateurs après y avoir semé davantage qu’ils n’ont récolté renforçant ainsi ce sentiment particulier qui veut dire fierté. "

Le candidat investi du parti s’attèle à faire du Mali une puissance où il fait bon vivre " Je veux travailler pour que d’ici 2030 les Maliens croient de nouveau au Mali. Je souhaite travailler pour que d’ici 2030 les millions de compatriotes, qui sont à l’extérieur, n’envoient pas seulement de l’argent au pays mais viennent apporter leur expertise, leurs réseaux, leurs énergies et leurs intelligences pour nous accompagner dans la construction d’un Mali prospère dans une Afrique unie ".

En politicien ouvert à toutes les alliances et qui respecte les autres, le candidat de Yelema dira qu’il va œuvrer pour un "Etat très fortement décentralisé et déconcentré pour que partout sur le territoire, chaque citoyen ait les mêmes chances d’accéder à tous les services publics de base. Nous allons nous employer pour une politique dynamique de développement des zones frontalières et une forte réhabilitation des élus à qui seront confiés plus de responsabilités mais à qui il sera aussi demandé plus de résultats ".

La priorité, selon lui, va être donnée à l’éducation, la santé, la culture et le développement de l’artisanat notamment. Il a également souhaité une justice équitable, rapide, débarrassée de la corruption, mise dans les conditions adéquates de travail avec une participation accrue de la population.

A la veille de son investiture, samedi 15 octobre, les délégués ont procédé à la relecture des textes, mis en place un bureau de 63 membres présidé par Moussa Mara. Ils ont élaboré des stratégies de campagne ainsi que de mobilisation des fonds pour faire face aux dépenses de campagne de leur candidat.

Moussa SIDIBE, Envoyé spécial

L’Independant du 18 Octobre 2011.

..........................

CANDIDAT A LA PRÉSIDENTIELLE DE 2012 Mara : un junior qui rêve de Koulouba

A l’issue de son congrès extraordinaire, tenu à Kayes du 15 au 16 octobre dans la salle des spectacles Massa Makan Diabaté, le parti « Yelema » a investi son candidat Moussa Mara à l’élection présidentielle de 2012. Les textes ont été relus au cours des travaux.

Aux termes de deux jours de travaux, le congrès du parti Yelema, tenu à Kayes le week-end dernier a investi Moussa Mara pour porter ses couleurs à l’élection présidentielle de 2012. Après son investiture, M. Mara a présenté son projet de société.

« Nous comptons agir vers la construction d’un Etat efficace. L’Etat doit retrouver l’école. Le chantier de la construction du Mali sera notre priorité. Nous comptons décrire l’agriculture de type nouveau. Je veux que les Maliens croient de nouveau au Mali d’ici à 2030″, a commenté Moussa Mara. Il a promis que le Malien est au cœur de son projet qui, à ses dires, est un projet de changement positif pour le Mali.

A l’en croire, en un an, le parti est présent dans tous les cercles du Mali et dans la sous-région. Il est aussi présent en France, Belgique, Italie, Espagne, Angleterre, aux USA, Canada, Arabie saoudite, en Chine et en Australie où il n’y a que 9 Maliens. « Yelema a obtenu 9 élus lors de la seule élection à laquelle le parti a participé avec la manière la plus retentissante, plus du double du score du second, ce qui lui a valu la mairie de la Commune IV. A ces élus viennent s’ajouter plus d’une centaine d’élus d’autres partis ».

Au cours des travaux, les congressistes ont relu les textes du parti (statuts, règlement intérieur, procédures). Ces textes définissent une stratégie électorale affirmée et clarifiée pour le parti avec des volets relatifs à la campagne, à la mobilisation des fonds et à la gestion administrative et financière des activités, aux rapports du parti avec les autres partis politiques et à la problématique des alliances, aux programmes et projets et au dispositif pour les vulgariser. Selon Moussa Mara, ces textes « relus et consensuels servent de manière adéquate la vision Yelema ».

Le congrès a mis en place un nouveau comité exécutif central (Cec) conformément aux textes du parti. Composé de 63 membres, ce Cec est présidé par Moussa Mara. Il est élu pour trois ans. « Ce nouveau Cec a la redoutable mission de gérer les élections générales de 2012, mais aussi les municipales de 2014 et donc faire entrer le parti de plain-pied dans l’âge adulte, celui des responsabilités », dira Moussa Mara.

Plus de 400 personnes venues des différentes localités ont pris part à ce congrès. Etaient présents à l’ouverture et à la clôture des représentants de plusieurs formations politiques.

Sidiki Doumbia

(envoyé spécial)

Les Échos du 18 Octobre 2011.

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés