Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  L’Inter de Bamako
Logements sociaux 300 maisons attribuées aux femmes du RPM sur le marché noir

Depuis l’arrivée d’Ibrahim Boubacar Keïta, en 2013, à Koulouba, la gestion des logements sociaux est des plus calamiteuses. Elle a atteint son pic cette année avec l’attribution des quotas aux instances du Rassemblement Pour le Mali, son parti. Au cœur de cette mafia, des dames des responsables politiques et administratifs.
Au grand désespoir de ceux qui le méritent et à l’initiateur de ce vaste projet destiné à offrir un logement aux Maliens toutes catégories confondues.

Chaque jour que Dieu fait, les informations les plus scandaleuses concernant les logements sociaux sont portées à la connaissance de la population. Après le scandale de la vente de 1 200 logements sociaux par les promoteurs, information livrée par Info Matin, une autre affaire de 300 maisons attribuées aux femmes du Rassemblement Pour le Mali (RPM), parti présidentiel, défraie la chronique.

Selon des sources concordantes, 300 maisons des logements sociaux auraient été attribuées aux femmes du parti au pouvoir. Et celles-ci se seraient vite retrouvées sur le marché noir. Les principales concernées se sont éclipsées au profit des intermédiaires qui cherchent des clients pour les différents types de maison. Les prix varient selon la position de la maison. Une maison à l’angle est proposée à 300 000 F CFA et celle en face d’une voie bitumée à 400 000 ou 500 000 FCFA.

Si un client parvient à payer aux intermédiaires la somme du choix de son type de maison, le marché est aussitôt conclu. Et quelques temps seulement suffisent pour qu’il rentre en possession des documents administratifs liés à l’attribution des logements sociaux.

Selon nos sources, les femmes de premier plan du parti présidentiel sont les têtes de proue de cette mafia. L’épouse d’un responsable d’une structure universitaire est celle par qui tout passe. Elle serait l’interface entre les intermédiaires et sa sœur qui occupe une place de choix dans le bureau des femmes du RPM.

Petit à petit, on est en train de détourner l‘objectif des logements sociaux à des fins mercantiles. La vente qu’elle soit officielle ou officieuse des maisons des logements sociaux est un crime contre le peuple et celui a été le premier à initier ce projet pour que tous les Maliens puissent avoir un chez soi en la personne du premier président du Mali Modibo Keïta. C’est ainsi que la Société d’équipement du Mali (SEMA) a vu le jour. Elle a à son actif la SEMA de Badalabougou. Ces prédécesseurs n’ont pas démérité dans la construction des logements sociaux. La SEMA- GEXCO est du général Moussa Traoré. Les 300 Logements et 80 Logements de Faladié ont été construits par le président Alpha Oumar Konaré. Même si l’attribution n’était pas destinée à toutes les couches sociales du pays, la construction de ces logements ont été une bouffée d’oxygène pour le peuple malien.

Mais celui qui a le plus construit de logements sociaux, c’est le président ATT. Il a donné du sourire à beaucoup de nos compatriotes qui n’espéraient pas avoir un logement à Bamako. En son temps, des magouilles ont été dénoncées mais pas de vente de maisons.

L’histoire retiendra qu’IBK, qui jure pour le bien être des Maliens, est le président qui a initié la vente des logements sociaux.

Yoro SOW
Le 04 Septembre 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés