Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  L’Indépendant
Léger Réaménagement du Gouvernement Modibo Kéita : La petite pirouette de Tabaski du président IBK !

Les observateurs avertis de la scène sociopolitique nationale tablaient sur un réaménagement important de l’attelage gouvernemental. Ils ont déchanté. C’est à une petite retouche de l’équipe Modibo Kéita que le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita a procédée, en pleine fête de Tabaski, le 24 septembre 2015. Quatre personnalités de notoriété moyenne font leur entrée dans l’exécutif national. S’y ajoute l’éclatement de certains portefeuilles affectés à d’anciens membres de l’équipe gouvernementale. En clair, ce réaménagement n’a été qu’une petite pirouette en guise de cadeau de la fête de tabaski.

si par rapport au besoin de rassemblement post-Accord du 20 juin, l’on annonce que le nouveau ministre Sambel Bana Diallo est issu des mouvements de la Plateforme et que son collègue Mohamed Ag Erlaf serait proche des ex-rebelles de la CMA, ce n’est pas un grand enthousiasme qui a accueilli ce gouvernement Modibo Kéita II. Difficile de parler de “ remaniement ministériel “ de l’équipe gouvernementale. Et les observateurs peinent aussi à employer le terme ” réaménagement gouvernemental”, tant la retouche opérée par le président de la République au sein du gouvernement est à peine perceptible.

Mini-réajustement

L’on se demande même ce qui justifie un si mini-réajustement du gouvernement Modibo Kéita dans la mesure où le Malien lambda aspirait à un plus grand changement au sein de l’équipe qui gère les affaires publiques. Tant c’est l’immobilisme qui semble caractériser la gestion du pays, malgré les discours optimistes.

D’abord, sur les quatre entrants au gouvernement, l’on peut considérer que c’est seulement deux ministres, le Col-major Salif Traoré et Sambel Bana Diallo qui sont véritablement les nouvelles graines sur le terrain gouvernemental. En effet, le nouveau monsieur sécurité, le Col-Major Salif Traoré, précédemment Gouverneur de la région de Kayes et Sambel Bana Diallo de l’Aménagement du Territoire et de la Population sont les véritables nouveaux venus à ces hautes charges, les deux autres entrées, Mmes Marie Madeleine Togo de la Santé et de l’Hygiène Publique et Sanogo Aminata Mallé de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux ayant déjà été de très proches collaborateurs des ministres de tutelle respectifs.

Si la première a été conseillère technique du ministère de la santé et Directrice du Centre hospitalier universitaire (CHU) Gabriel Touré, la seconde a servi à la Cour de justice de la CEDEAO puis comme conseillère à la primature où cette magistrate a beaucoup travaillé en parfaite collaboration avec le ministre de la Justice, Mahamadou Diarra, qu’elle remplace.

Seulement, deux ministres limogés

L’autre aspect atténuant la perceptibilité de ce réaménagement concerne le nombre des ministres éconduits. C’est seulement deux personnalités qui quittent le navire gouvernemental. Il s’agit du Général Sada Samaké, éjecté de la tête du département de la Sécurité intérieure et de la protection civile et de Mahamadou Diarra, renvoyé du département de la Justice. En effet, longtemps décrié pour sa gestion catastrophique de la donne sécuritaire en inquiétante détérioration, mais aussi pour le dossier polémique de la pénurie entretenue des passeports et des cartes d’identité, le Général Sada Samaké semblait dépassé par les événements, avec la recrudescence des attaques au point que les Maliens se demandaient si celui qui avait été “sorti du bois “ (comme il le disait lui-même à sa nomination) ne doit pas être expédié à nouveau à sa retraite, comme le réclamait, du reste, le député SADI Oumar Mariko. Faut-il rappeler que ces préoccupations sécuritaires avaient justifié son interpellation à deux reprises en l’espace de deux mois à l’Assemblée nationale, où il n’a pu convaincre personne ?

De même, pour n’avoir pas réussi à impulser une nouvelle dynamique à la justice malienne, dont la lenteur dans le traitement de centaines de dossiers (dont ceux relatifs à des cas présumés de corruption) est devenue plus que préoccupante, Mahamadou Diarra a été remercié pour céder sa place à une dame bien connue de la famille judiciaire et sur laquelle pèsent des présomptions de réussites.

Départements éclatés

Par ailleurs, la séparation/création des portefeuilles de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable attribué à l’ex- ministre de la Santé, Ousmane Koné, celui de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat, dirigé par Mohamed Ag Erlaf et celui de la Coopération Internationale et de l’Intégration Africaine confié à

Cheickna Seydi Ahamady Diawara, l’ancien patron du Plan et de la prospective, augure-t-elle d’une volonté de dynamiser l’action gouvernementale dans ces domaines respectifs ? L’on ne saurait le dire. En revanche, l’on peut craindre des chevauchements de compétence au niveau de la politique extérieure avec un Abdoulaye Diop s’occupant exclusivement des Affaires étrangères et Ckeickna Seydina Ahamady Diawara à la manette de la coopération internationale et de l’intégration africaine. Idem pour le nouveau ministre de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat, Mohamed Ag Erlaf et son collègue de l’Administration territoriale, Abdoulaye Idrissa Maïga.

Enfin, le timing de ce réajustement a surpris plus d’un et témoigne de la ferme volonté du chef de l’Etat de ne point être “ trimballé “. Puisqu’au moment où Bamako bruissait d’un remaniement et que la presse en faisait large écho, le locataire de Koulouba, trimballé ainsi, n’a pas voulu procéder à cette nomination. Il a, pour prouver qu’il est le seul maître à bord, attendre le jour de la fête de Tabaski présenter avec originalité son vœu par ce timide nouveau départ. Pour le compte de sa troisième année débutante à la tête d’un peuple malien plutôt sceptique et aux attentes nombreuses.

Bruno D SEGBEDJI

06 Octobre 2016

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés