Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  L’Indépendant
Le chef d’Etat-major de la MINUSMA, le Général Hervé Gomart : « Nous n’avons pas pour mission de combattre les groupes terroristes mais plutôt d’aider l’armée malienne à le faire »

Lors d’un débat organisé, le samedi 10 octobre dernier, à l’hôtel Salam entre des jeunes de Bamako et la MINUSMA, les responsables politiques et militaires de la mission onusienne au Mali ont tenu à rappeler les objectifs de leur mandat. Lequel ne leur donne pas l’autorisation de combattre les groupes terroristes, mais d’aider plutôt l’armée malienne à le faire. A les croire, leur principale mission au Mali est une opération de maintien de la paix, de protection des civils et de soutien aux actions de développement.

Ce sont plusieurs hauts responsables de l’organisation onusienne tels que le Directeur de la division des affaires politiques, Bruno Mpondo-Epo, le chef d’Etat-major de la force de la MINUSMA, le Général Hervé Gomart et le chef adjoint de la police de la mission onusienne qui se sont entretenus avec les jeunes sur les aspects politiques et sécuritaires liés à leur mandat au Mali.

Premier à intervenir, le Directeur de la division des affaires politiques, Bruno Mpondo-Epo, a expliqué que les Nations-Unies interviennent à la demande des Etats pour maintenir la paix chez eux. Au Mali, a-t-il précisé, l’ONU a été invitée par les autorités maliennes et leur mandat est un mandat de maintien de la paix.” Pour que nous intervenions, il faut que les parties sur place décident de faire la paix ; il faut également qu’il y ait une paix à maintenir. Ce sont ces conditions qui nous permettent d’intervenir ” a expliqué Bruno Mpondo-Edo.

Aussi, il a ajouté que dans le mandat qui leur a été attribué, l’usage de la force est très restreint.” Quand on vient dans un pays pour maintenir la paix, on ne doit pas utiliser la force ” a soutenu le diplomate onusien.

A cet égard, il a révélé aux jeunes que leur rôle est plus politique que militaire. “ Comme son nom indique, c’est une mission multidimensionnelle qui, en plus de la protection des civils, comporte plusieurs composantes afin d’accompagner les Maliens, non seulement pour la consolidation de la paix, mais aussi le développement du pays” a expliqué l’orateur.

A cet égard, il s’est réjoui des nombreuses avancées sur le terrain dans le cadre de la protection des populations et aussi dans le processus de la paix avec la signature de l’accord d’Alger.

En plus, face aux nombreuses questions sur leur réaction par rapport à la violation du cessez-le feu et les attaques de certains groupes armés dans le nord du Mali, le directeur des affaires politiques de la MNUSMA a été on ne peu plus clair : ” Bien que notre mandat soit robuste, il ne nous permet pas de combattre les groupes terroristes. En plus, nous ne sommes pas aussi une force d’interposition ” a souligné le directeur des affaires politiques.

Intervenant sur les aspects sécuritaires, le chef d’état-major de la MINUSMA a abondé dans le même sens. C’est ainsi qu’il a rappelé que la force onusienne déployée au Mali est forte de 10 500 casques bleus dont la plupart sont déployés dans le nord du Mali. ” Cette force a été déployée pour accompagner la mise en œuvre du processus de paix, accompagner l’armée malienne dans la lutte contre le terrorisme, mais seulement à travers des échanges d’informations. Sinon la mission principale de cette force est de protéger nos agents et les populations civiles ” a précisé le Général Hervé Gomart.

Il a apprécié positivement la coopération avec l’armée malienne. ” Nous avons des officiers maliens auprès de nous comme conseillers et des officiers de la MINUSMA auprès de l’armée malienne. Et nous échangeons régulièrement des informations sur le terrain ” a-t-il soutenu.

Quant au responsable de la police de la MINUSMA, il a cité les actions de formation qu’ils ont eu à mener à l’endroit des milliers d’éléments de nos forces armées et de sécurité.

Il faut rappeler que ce débat est une initiative de l’organisation Think Peace, Audace Libre Afrique Mali, paix et sécurité au Mali et le Mouvement Libéral. Il vise à faciliter la discussion entre 200 jeunes de Bamako et des cadres de la MINUSMA ainsi que d’informer davantage l’opinion sur le processus de paix au Mali et le rôle joué par les Nations Unies dans notre pays.

Kassoum THERA

L’Indépendant du 14 Octobre 2015

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés