Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Soir de Bamako
La communauté internationale face au refus du MNLA et alliés de parapher l’accord d’Alger : la comédie doit s’arrêter

Qui aurait cru qu’on allait faire plus d’un mois à attendre le Mnla et ses alliés dans leur refus de signer l’accord de paix et réconciliation issu du processus d’Alger ? En effet, en foi des déclarations et autres engagements pris le 1er mars dernier, tous exhortant le Mnla et alliés “au paraphe sans délai” de l’accord obtenu au bout de tant de sacrifice et de temps (8 longs mois) dans la capitale Algérienne, il est inacceptable qu’on en soit là encore à tourner en rond. Quid de ces fameuses sanctions brandies par la communauté internationale à l’encontre de tous ceux qui refuseraient de parapher ledit accord ? La comédie a assez duré, elle doit s’arrêter maintenant pour faire face à l’essentiel. L’essentiel, c’est d’amener le Mnla et alliés à rentrer dans les rangs et, à défaut, les y forcer en les désarmant et en les cantonnant. C’est cela l’essentiel pour les Maliens, qui en ont assez des conjectures interminables dans des discours creux !

En effet, pendant que le Gouvernement du Mali travaille à expliquer le contenu de l’accord aux Maliens pour une plus grande adhésion populaire, pendant que la communauté internationale ne cesse de répéter la même chose depuis le 1er mars 2015, le Mnla-Hcua-Maa et alliés travaillent à conquérir du terrain.
Les Maliens n’ont pas encore perdu toute leur dignité et leur capacité de s’indigner pour continuer à accepter sans résistance cet état de fait !
Il urge donc que chacune des parties, l’État malien, la médiation, la communauté internationale, et les groupes armés de Kidal, s’assume en respectant ses engagements. Une nouvelle résurgence de la crise étant synonyme d’échec pour tout le monde, et susceptible de déboucher sur un embrasement général sur le terrain.

Il est loin de l’idée des Maliens de demander à la communauté internationale de gérer la situation à leur place. Seulement, les Maliens sont des hommes vertueux, jaloux de leurs engagements, et très profondément respectueux de ceux des autres. La communauté internationale s’étant engagée à se porter garante de l’accord d’Alger, et à sanctionner tous ceux qui s’y opposeraient, il lui revient volontiers de s’assumer en assumant ses responsabilités.
Par contre, au cas où elle ne serait plus prête à jouer sa partition (le diable étant dans les détails), il lui est loisible de le dire, cela étant aussi une manière de s’assumer. Dans ce cas, ce sera à l’État malien de s’assumer en usant de tous les moyens dont il dispose pour conquérir Kidal de force. Pour l’occasion, les Maliens, de Kayes à Kidal, seraient de nouveau prêts à se mobiliser et à apporter leur contribution à l’effort de guerre !

Assane Sy DOLO

Le Soir de Bamako du 3 Avril 2015

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés