Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Soir de Bamako
Gouvernance : IBK va t-il rester encore longtemps l’otage des courtisans ?

Le président de la République a du pain sur la planche. Comme l’ancien Président ATT, il risque à son tour aussi de tomber dans le piège des courtisans et des opportunistes. Ce sont là les propos d’un militant d’un parti politique que nous avons rencontré au meeting d’information sur l’accord d’Alger sur initiative de la Convention des Partis Politiques de la Majorité Présidentielle. Meeting organisé au Palais de la Culture Amadou Hampaté Ba le samedi 27 mars 2015.

A cette importante manifestation de la majorité présidentielle, on aura tout entendu et tout vu dans la salle Bazoumana Sissoko et dans les couloirs du palais qui abritait la rencontre. Dans les échanges, chacun y allait de son commentaire sur l’échec où la réussite de ce rendez-vous que les partis politiques qui accompagnent le président de la République voulaient une démonstration de force. Les commentaires portaient sur le quotidien des Maliens depuis l’accession du Président Ibrahim Boubacar Kéïta à la magistrature suprême du pays.

LA POLITIQUE DU VENTRE
Un sexagénaire qui ne cache pas son militantisme au sein du parti du Président de la République disait à qui voulait l’entendre que IBK est entouré par des individus qui sont préoccupés par leurs intérêts. “Ils ont accouru vers IBK quand ils ont compris qu’il a la faveur des pronostics dans le cadre du second tour de l’élection qui l’opposait au candidat Soumaïla Cissé. IBK, je pense, n’est pas dupe ou naïf. Il connait les hommes , leur parcours pour avoir pratiqué certains d’entre eux et d’observer d’autres dans d’autres circonstances de la vie”, ajoute notre interlocuteur qui, visiblement, n’apprécie pas du tout le compagnonnage de certains alliés politiques du Président.

Toujours selon cet interlocuteur révolté, si IBK a eu le soutien de certains après les élections, c’est parce que beaucoup d’entre eux ont peur d’être rattrapés pour la mauvaise gestion qu’ils ont faites à un moment ou à un autre sous ATT. En réaction à ces propos, un cadre qui se réclame du parti de Tiébilé Dramé, membre de l’opposition politique, a déclaré : “Vous savez camarades, les ennemis du Président de la République sont d’abord ceux qui sont dans son entourage immédiat.”
À la suite de ce cadre du Parena, un autre qui se dit de l’Urd a enfoncé le clou en dénonçant ce qu’il appelle les manœuvres dont le Rpm se rend coupable depuis l’avènement du Président IBK au pouvoir. Ce détracteur de la majorité cite des personnalités du Rpm qui seraient, selon lui, au centre de différents scandales dans les services publics. Toujours selon ce militant de l’Urd, la volonté des cadres du Rpm est de parvenir à une mainmise totale sur tout l’appareil d’Etat avant la fin du quinquennat du président élu en 2013. “Dans leur agenda, les caciques du Rpm préparent leurs arrières”.
Comme pour ironiser les militants de la majorité, l’opposant avec qui nous avons échangé évoque le scandale lié à l’achat de l’avion présidentiel et des équipements militaires. “Beaucoup de vos cadres, de vos protégés sont trempés dans le scandale...”, déclare ironiquement le membre de l’opposition. Celui-ci déplore par ailleurs la chasse aux sorcières que le Rpm mènerait dans les services publics, notamment les Ministères où on assiste à des manœuvres qui visent à ternir l’image de certains Ministres très respectables.

Le cas du Ministre de l’Éducation Nationale, M. Barthélémy Togo, serait patent. Il serait victime d’une cabale dont les ficelles sont tirées par les caciques du Rpm. C’est en cela qu’il faut comprendre l’ire de l’ancien compagnon politique d’IBK, M. Lanceni Balla Kéïta, qui est sorti contre le pouvoir et les alliés à travers une lettre ouverte au vitriol.
La question est de savoir si IBK est bien au parfum de la situation entretenue autour de lui par les cadres de son parti, mais également par les alliés circonstanciels. Va t-il rester encore pour longtemps l’otage de ses courtisans ?

Laya DIARRA

Le soir de Bamako du 1er Avril 2015

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés