Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Les Echos
Fête du mouton : L’Etat enlève le mouton de la bouche des Maliens

Le marché malien est pris d’assaut par des Sénégalais, Gambiens et Ivoiriens pour les besoins de moutons de fête. Au même moment, les Maliens sont sevrés de cette bête pour accomplir le sacrifice d’Abraham.

Le Mali, pays d’élevage par excellence, ne souffre pas du manque de petits ruminants. Pour la fête d’Aïd el-Fitr prévue en principe dans une dizaine de jours, le marché est bien fourni en moutons. Mais les prix ne sont pas à la portée de tout le monde.

Cependant, selon des commerçants, la spéculation qui va aller crescendo est due à la forte demande des pays de la sous-région. Comme à l’accoutumée, des commerçants de moutons du Sénégal et de la Côte d’Ivoire ont posé leurs valises à Bamako depuis quelques jours. Les Gambiens qui sont à leur première arrivée sont aussi dans nos murs.

Les Sénégalais sont venus avec un besoin de plus de 700 000 têtes avec dans leur besace plus de 1 milliard de F CFA pour faire des achats. Avec l’appui de leur Etat, les commerçants sénégalais disposent de 41 sites bien aménagés sur le territoire sénégalais et de la subvention d’aliment bétail à concurrence de 50 %.

Le gouvernement malien, à travers le ministère de l’Elevage et de la Pêche, a donné son quitus aux Sénégalais, Ivoiriens et Gambiens pour s’approvisionner dans notre pays. Une réunion a été tenue avec les syndicats de la filière bétail viande pour faciliter l’accès des marchés de mouton de l’intérieur à leurs homologues de ces pays. Les points de destination choisis sont les régions de Ségou (les zones de Macina, Niono, et San) et Kayes (Nioro et Nara).

Concurrence

L’ouverture du marché de petits ruminants maliens à nos voisins n’est pas tant déplorée par des professionnels de la filière bétail viande du Mali. Ils sont d’accord que cela va contribuer à aider les éleveurs maliens en leur procurant de la plus value et aider l’économie de notre pays.

Par contre, ils ne comprennent pas le fait qu’ils ne bénéficient pas des mêmes facilités accordées dans d’autres pays. Ces facilités leur permettront en retour de vendre le mouton moins cher aux Maliens. Selon un d’entre eux qui a requis l’anonymat, « le mouton, toute catégorie confondue, proposé au prix actuel, peut être vendu à deux fois moins chers« .

Ces pays grands exportateurs de moutons maliens concurrencent notre marché. Des moutons de fête sont vendus au même prix sinon moins cher à Abidjan, Dakar, Banjul qu’à Bamako. Au même moment, des consommateurs maliens qui ont des salaires de misère contrairement à ceux de ces mêmes pays rasent le mur pour accomplir le sacrifice d’Abraham.

L’opération mouton de tabaski pour certains n’est que du saupoudrage. La communication ne passe pas beaucoup pour vulgariser l’information et l’opération n’est pas étendue à l’intérieur du pays comme si le Mali se limite à la capitale Bamako.

Abdrahamane Dicko

28 Octobre 2011.

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés