Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  L’Indépendant
Embellissement de la capitale : Ahmed Diane Séméga regrette l’abandon des échangeurs du District

Le ministre de l’Equipement et des Transports, Ahmed Diane Séméga, accompagné des membres de son cabinet, des Directeurs techniques de l’AG Route et des architectes de la place, a visité hier, mardi 17 février, les échangeurs des communes III, IV et V du district de Bamako. Objectif :voir quelle est la bonne manière d’aménager les abords des échangeurs dans le double souci esthétique et de conservation.

C’est aux environs de 15 heures 30 minutes, dans l’après-midi du mardi 17 février, que le ministre de l’Equipement et des Transports, a débuté sa visite des échangeurs du District de Bamako. C’était, après une courte rencontre entre les directeurs techniques de l’AG route et les responsables des mairies des communes III, IV et V

Ahmed Diane Séméga a débuté sa visite par l’échangeur de Dar-es-Salam où il a constaté avec amertume l’état d’abandon dans lequel se trouve cet ouvrage, qui a coûté à l’Etat, plusieurs milliards de nos francs.

A cet effet, le ministre a arpenté, à pied, toutes les voies qui aboutissent à ce gigantesque ouvrage non sans attirer l’attention des responsables de la mairie et des architectes sur les moindres dégradations. Avant de s’intéresser plus particulièrement aux espaces vides des abords de l’échangeur.

C’est alors qu’il demanda aux architectes de faire des propositions au département allant dans le sens de l’embellissement de la ville. Après Dar-es-Salam, Ahmed Diane Séméga et sa très forte délégation s’est rendu à l’échangeur du Babemba où il a apprécié à sa juste valeur le petit jardin botanique entretenu en bas de l’ouvrage. Il longea alors l’échangeur du côté de la Direction administrative et financière du ministère du Commerce et de l’Industrie jusqu’à la voie ferrée. C’est un petit magasin non entretenu qui attira son attention.

A la question de savoir pourquoi le local en question se trouvait dans un tel état de délabrement, un responsable de la commune a déclaré que ce kiosque avait été construit il y a six ans pour régénérer les fonds et qu’il était géré par le syndicat.

Autre observation, c’est le dépôt d’ordures au pied de l’échangeur. La troisième étape de la visite a mené le ministre Ahmed Diane Séméga à l’échangeur du Pont des Martyrs, côté rive gauche. Ici il était plutôt question des espaces vides exploités par des fleuristes sur les deux côtés de la route.

Les architectes, à la demande du ministre, doivent faire des propositions intéressantes au département pour rendre ces endroits plus beaux.

Tout comme au pont des Martyrs, ce sont toujours les espaces vides de l’échangeur du pont Fahd qui font l’objet d’une attention tout à fait particulière du ministre.

Mais l’étape la plus longue de la visite aura été celle des deux échangeurs du quartier Mali. Puisque Ahmed Diane Séméga décida de joindre les deux échangeurs à pied. C’est ainsi qu’il fit le tour de l’échangeur qui se trouve entre Badalabougou et le quartier Mali. Il fit beaucoup de remarques pertinentes relatives à l’état de cet ouvrage.

La visite du ministre de l’Equipement et des Transports était la bienvenue pour les populations vivant sur les lieux. Certaines d’entre elles saisirent donc cette occasion pour exprimer leurs préoccupations par rapport à l’échangeur.

Mohamed, ne décolère pas. Il habite en bas de l’échangeur mais pense qu’il court toujours le danger de voir une voiture s’écraser sur sa toiture. Il expliqua au ministre qu’il n’y a pas longtemps, un véhicule avait dérapé sur l’échangeur, lancé comme un bolide, il s’était écrasé contre un arbre qui était planté devant sa cour. Le choc, selon lui, était tellement violent qu’il a déraciné l’arbre en question et c’est ce qui a sauvé les occupants de la maison à l’heure de l’accident.

Le ministre a pris bonne note avant de faire remarquer à son interlocuteur que le caniveau devant sa porte était complètement obstrué par les ordures et que cela pouvait bien être autant dangereux pour sa santé.

Ahmed Diane Séméga a, ensuite, longé la corniche gauche pour rallier le grand échangeur qui se trouve au pied de l’hôtel Olympe. C’est un véritable parcours de combattant, exécuté au pas de charge que le ministre a imposé a la délégation.

La visite s’était enfin achevée par l’échangeur de Badalabougou, sur la route de Sogoniko. Ici le ministre a apprécié les travaux exécutés dans le sens de l’embellissement de la ville, relevé quelques insuffisances avant de s’intéresser au jardin des fleuristes.

A la fin de la visite, Ahmed Diane Séméga, confia à la presse qu’un effort considérable dans la construction des échangeurs a déjà été fait. Ce sont des ouvrages qui font de Bamako une ville moderne, plus belle.

Aujourd’hui, beaucoup de capitales envient la transformation de notre pays grâce à ces ouvrages dont les échangeurs sont la manifestation visuelle. C’est pour cette raison que nous avons pris la décision d’associer les maires.

Pour terminer, Ahmed Diane Séméga a déploré l’état d’abandon dans lequel trouvent ces ouvrages avant d’en appeler aux maires pour, tout au moins, aider le département à maintenir les ouvrages et les équipements en bon état.

Pierre Fo’O MEDJO

19 Février 2009

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés