Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Sur le fil de l’actualité
Dialogue politique inclusif : « Bamako ne doit pas décevoir le reste du Pays » a affirmé Abdoulaye sall.

Le président du cri 2002 Abdoulaye Sall a animé une conférence de presse le mercredi 11 Septembre 2019 à la Maison du partenariat. Cette rencontre avec les hommes médias visait à éclairer la lanterne des journalistes sur la participation de CRI 2002 à l’atelier national de réflexion sur la contribution de la société civile au dialogue politique inclusif. Il s’agissait pour le président Sall d’évoquer à la presse les axes que CRI 2002 a défendu au cours de cette rencontre.

Après avoir participé à l’atelier national pour la participation de la société civile au dialogue politique inclusif qui s’est tenu du 7 au 8 septembre 2019, le président du Cercle de Réflexion et d’Information pour la Consolidation de la Démocratie au Mali (CRI2002) à fait le point de leurs propositions.

Dans son exposé linéaire, le président de CRI 2002 Abdoulaye Sall n’a pas caché les propositions qui tiennent à cœur des membres de l’association qu’il dirige. Selon lui, ils sont au nombre de 3 à savoir : l’implication des autorités traditionnelle et coutumières dans la gestion des affaires publiques, « nous allons travailler dans le sens de préparer ces autorités traditionnelles pour qu’ils occupent leur place, qu’ils jouent leur rôle dans le cadre démocratique et faire d’elles des autorités du 21ème siècle dans un Etat de droit » a affirmé M.Sall.

Le deuxième axe demeure l’intégrité, la transparence et la lutte contre la corruption. A ce titre le conférencier dira qu’en tant que représentant de transparency international, il ne peut pas y avoir un dialogue de telle envergure sans que CRI 2002 ne défende pas cet aspect.

La gouvernance dans les secteurs de défenses et de sécurité est le troisième axe que CRI entend défendre au cours du dialogue politique inclusif. Selon le conférencier « la première ligne de défense dans un Etat de droit, est le renforcement des appareils de défense et de sécurité en mettant la population au cœur de ladite sécurité. »

Le conférencier a ajouté que ces trois points ont été défendus par CRI 2002 au cours de l’atelier national de la société. Il n’a pas caché son espoir de la prise en compte de ces points qui pour lui permettra d’instaurer l’unité et la cohésion entre le peuple malien.

Bissidi Simpara
Bamako, le 12 Septembre 2019
©AFRIBONE

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés