Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  L’Inter de Bamako
DDR : Pour la paix au Mali, le retour des déserteurs n’est ni utile, ni indispensable

C’est la honte. J’ai encore en mémoire la mort atroce de mon grand frère dogon et ami, feu lieutenant-colonel Amadagaly Niangaly (paix à son âme) de l’armée de l’air du Mali en service à la Direction générale des équipements de l’armée malienne, tué dans une embuscade tendue par l’officier déserteur de l’armée malienne, le colonel Assalat Ag Habi qui était Haut fonctionnaire de défense au ministère de l’Energie et de l’Eau. Il a rejoint le Mouvement national pour la libération Azawad (MNLA) et avait participé à plusieurs combats contre l’armée malienne à Kidal, Ménaka et Gao.

Je rappelle que lorsque le caporal Ibrahim Ag Bahanga avait versé le sang des militaires maliens, le président Alpha Oumar Konaré n’a jamais accepté qu’il retourne dans l’armée malienne. Il faut reconnaître la valeur des autres. Donc, un point positif qu’il faut reconnaître au président Konaré.

Quand le président IBK était président de l’Assemblée nationale du Mali, il avait donné son point de vue quant aux événements du 23 mai 2006, événements à la suite desquels les deux (02) camps militaires de Kidal et de Ménaka ont été attaqués et vidés de leurs matériels légers et lourds par Iyad Ag Ghaly et ses compagnons dont le colonel Hassan Ag Fagaga, Bamoussa Diarra, etc. Le président IBK avait en son temps dit : "La question doit être traitée telle et la loi militaire doit être appliquée". Le président ATT n’était pas content.

Nous avons encore en mémoire les propos du général Yamoussa Camara, ministre de la Défense et des Anciens combattants sous la transition dirigée par le président intérimaire, le professeur Dioncounda Traoré.

Le général Camara avait dit ceci : "Aucune armée en Afrique ne peut pas ne pas être déstabilisée quand plus de 1.000 de ses éléments quittent avec armes et bagages". Le général Camara avait dit encore, "Ceux qui ont déserté ne rentreront plus dans l’armée malienne". Moi, je lui donne raison.

Au président IBK, je lui rappelle une citation du président ATT : "Il y a des plats qu’on ne doit pas manger". Je dis au président IBK, un homme d’honneur et de dignité doit être constant. Il avait dit aux autorités algériennes pendant les négociations sur l’accord d’Alger, pour le paraphraser, "de ne pas imposer sur quelqu’un ce que vous n’acceptez pas chez vous".

Il doit avoir à l’esprit que le retour de ces déserteurs dans notre armée nationale, ni la France, ni les USA, ni l’Algérie, etc. ne l’accepteront chez eux. Le maréchal Pétain de la France de Vichy n’a jamais été réhabilité.

Quand je voyais le colonel de gendarmerie déserteur Hassan Ag Mehdy dit Jimmy le rebelle, gesticuler devant le micro, il me rappelle un homme né avant la honte.
Il était Haut fonctionnaire de défense au Secrétariat d’Etat chargé de la zone Office du Niger dirigée par le ministre Abou Sow quand il avait déserté pour aller au Burkina Faso.

C’est lui qui avait appelé à travers une agence de presse au Burkina les Sonrhaïs, les Peulhs et autres ethnies du Nord Mali à rejoindre l’Etat de l’Azawad pour sa construction.
Après, il était revenu à Gao pour être chef de la sécurité du Mouvement national pour la libération Azawad (MNLA) à Gao. C’est lui qui prélevait des taxes sur tous les citoyens qui quittaient le Nord pour le Sud. Je lui rappelle une citation célèbre de l’ancien président irakien Saddam Hussein : "La vie sans dignité n’a pas de sens". M. Zeidan Ag Sidalamine est Chamanamas comme lui mais il est plus digne que lui. Depuis qu’il a déposé les armes, il ne les a pas prises contre le Mali qu’il considère comme son pays.

Le même Hassan Ag Mehedy était à Gao quand cette ville et ses habitants étaient expropriés de leurs biens. C’est ça venez, on va construire notre Azawad.
Pour la paix au Mali, le retour des déserteurs n’est ni utile ni indispensable pour le Mali. Même s’ils sont morts, le Mali va continuer.
La justice est l’une des meilleures garanties pour un peuple
Allah n’a jamais dormi et Il va rétablir la justice. Point de doute là-dessus.

Yacouba Aliou
l’Inter de Bamako du 18 février 2019

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés