Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Urbanisme
Bamako, il était une fois, la vieille ville (5)

Comme cité urbaine Bamako a une histoire, un commencement, un noyau. Des efforts et sacrifices ayant contribué à sa création dépendront l’essor, l’ampleur et la grandeur de la cité. Selon que vous vous adressiez à un grand griot ou un petit Niaré, c’est le guerrier Fofana qui le dit, ce récit variera. Ce haut lieu est tout un symbole. Cependant la constante de chaque version, à n’en pas douter, sera l’implantation de la ville avec ses établissements humains. Ce noyau urbain, pour Bamako, porte le nom de Vieille ville. En avez-vous entendu parler ? Cette version est-elle la bonne ? Bonne lecture et merci d’avance pour votre contribution.

Aspect ...

Dans la Vieille ville de Bamako, surtout dans le quartier de Bozola, l’habitat est essentiellement en banco et de type traditionnel. Les bâtis se font sur le périmètre de la concession dans cette dernière, créant ainsi une cour intérieure à laquelle on accède par une pièce plus connue sous le nom de “Bouloo” ou vestibule.

Les cases en banco avec toit de chaume traditionnelles ont cédé la place aux bâtis toujours en banco mais avec des toitures en tôles ondulées galvanisées, et dont les murs sont très souvent enduits de mortier au ciment.

Aux matériaux de constructions comme rames de bambous, rôniers ou autres secco ou autres nattes ont succédé tôles ondulées, chaux, tuiles, bois, fer et ciment. Par endroit, deux niveaux (rez-de-chaussée plus un étage) ont fait leur apparition, surtout vers le Boulevard du peuple.

Organisation spatiale ...

Pendant la période coloniale, les quartiers de Bagadadji et la partie Est de Niaréla ont bénéficié de trames régulières cri “damier”.

Hormis le long de quelques voies le ceinturant, le quartier de Bozola dans son “triangle” n’a pas subi de profondes mutations. Son organisation spatiale traditionnelle, rappelle à tout point de vue celle du village.

Véritable héritage historique, cette forme d’organisation spatiale du triangle de Bozola a traversé l’influence coloniale.

Le triangle de Bozola, totalise une superficie de 14 hectares et est situé entre le Boulevard du Peuple à l’Ouest, l’avenue de Sikasso à l’Est, l’Institut National des Arts (INA) au Nord et l’avenue Pasteur au Sud.

Architecture ...

Dans la Vieille ville, notamment dans les quartiers Bozola, Niaréla et Bagadadji, la grande majorité des habitations est construite en banco dans le style traditionnel. Les pièces sont construites le long des limites séparatives des concessions, obligeant ainsi la création des ouvertures uniquement sur la cour intérieure.

Les bâtiments, de forme rectangulaire avec une couverture souvent en terrasse de terre ou en argamasse, ont des dimensions variant entre 3 et 4 mètres, avec une hauteur relativement basse.

Les pièces d’habitations donnent sur une galerie ou véranda bien aérée par des grandes baies. Dans certains vestibules et au milieu de certaines pièces trône un pilier en bois planté dans le sol et terminé en sa hauteur par une fourche soutenant la toiture, raisons techniques obligent.

Entièrement réalisées en banco dans sa structure porteuse, les constructions sont précaires.

Fonctionnement ...

Les concessions sont constituées de deux parties : celles privatives et celles communes. Les chambres à coucher, considérées intimes, constituent les parties privatives car elles sont strictement personnelles. Les galeries, toilettes et autres vérandas sont des pièces communes.

Elles sont semi privatives et à ce titre, sont réservées à une exploitation contrôlée ou régulée suivant les utilisateurs

La cour, généralement centrale, est un espace multifonctionnel a partir duquel on accède aux différentes pièces.

En fonction de la période du moment et parfois des circonstances, son usage peut varier : d’une aire de jeux pour les enfants aux espaces de recréation lors des cérémonies traditionnelles (mariage, baptême), sans porter préjudice à certaines activités quotidiennes.

(à suivre)

1er Août 2005

Bibliographie :
Archive et bibliothèque nationale

Crédit photo :
Collections Fortier et personnelle

Cheich Abd El Kader, architecte
abdelkader@afribone.net.ml
abdelkader@Koulikoro.net.ml

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés