Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Dossier
Agro-météorologie : l’apport inestimable de Mali-météo

La large écoute et le respect des informations météorologiques sont les clés de la réussite d’une campagne

La variabilité du climat et les changements climatiques sont des facteurs qui contribuent à la pauvreté, à l’insécurité alimentaire et à la faible croissance économique dans notre pays. Dans ce contexte que l’Agence nationale de la météorologie (Mali-météo), a mis en place le cadre national pour les services climatologiques (CNSC), pour améliorer significativement la fourniture des services climatiques fiables au monde rural. Il s’agit de permettre la planification des cultures et la productivité agricole. Le groupe de travail pluridisciplinaire (GTP-SA) du CNSC, pour atteindre cet objectif, durant la période de mai à octobre 2013, a mené des activités de collecte de données et d’informations sur le terrain, de traitement et d’analyse de données pour établir les tendances de la campagne agricole sur l’ensemble du pays.

Selon le directeur général de Mali-Météo, Kader M’Piè Diarra, pendant cette période, les résultats d’analyse, les avis et conseils élaborés tous les dix jours sous forme de bulletins, sont régulièrement mis à la disposition des utilisateurs par les canaux appropriés . Ces informations permettent une meilleure prise de décision dans la planification des activités, l’exploitation des ressources et la rationalisation des opérations de pluies provoquées. Elles ont certainement contribué à l’amélioration des productions culturales et hydroélectriques durant la campagne agricole 2013-2014, a estimé le responsable de Mali-Météo. Face à l’insécurité alimentaire croissante du fait de la dépendance de nos moyens de subsistance aux ressources naturelles sensibles au climat, conjuguée à l’influence des variations climatiques saisonnières, sur l’économie nationale, la mise en œuvre des activités du CNSC devrait renforcer la prise en compte des besoins des usagers, la qualité et l’accessibilité aux informations météorologiques et climatologiques.

Ainsi, dans ses différentes restitutions qui ont fait l’objet d’une série d’atelier de travail, l’Agence note que les productions de 2013, quelque soit le type de spéculation, sont nettement inférieures à celles des années antérieures. Plusieurs facteurs ont été identifiés comme principales causes de cette baisse. Les experts citent le démarrage inhabituel de l’hivernage dont les premières pluies ont été enregistrées au mois de mai, la mauvaise répartition et l’irrégularité des pluies dans le temps et dans l’espace, l’utilisation de certaines variétés, les types de sols. Selon les différentes présentations par secteur, il ressort également que les quantités de pluies enregistrées sont en dessous de celles de 2012. Mais, elle varie d’une zone à une autre et par ricochet, joue négativement sur le rendement des cultures. Selon les estimations, la perte en mil sur une superficie de 35 000 Hectares s’élève à 1 050 Hectare soit 3% de superficie ou aucune récolte ne sera réalisée.

Les anciennes variétés occupent une part importante dans cette perte à cause de leur inadaptation aux petites quantités de pluies et la courte durée de l’hivernage. Les données météorologiques font une revue des prévisions qui avaient été annoncées par rapport aux réalisations en termes de quantité et de répartition des pluies dans le temps. Il ressort que les réalisations sont en concordance avec les prévisions. Selon les spécialistes de la météo, la probabilité de réussite des prévisions météorologiques est de 8 ans sur 10 sur 80%. Outre ces données, un lien a été établi entre certains signes traditionnels et l’hivernage. Ce sont les dispositions prises par les fourmis pour sécuriser leurs œufs, la présence des cigognes, de ver de terre, etc. Aujourd’hui, la formation des nuages et la chute des précipitations ne se font plus comme dans le passé. Par exemple, en milieu rural, il peut pleuvoir sur une partie d’un village et l’autre moitié ne recevra rien alors que la distance qui les sépare ne vaut même pas 1 Km.

Les paysans n’étaient pas habitués à ce phénomène. En effet, l’amélioration des rendements agricoles compte tenu des changements du climat, recommande aux producteurs de prendre en compte plusieurs facteurs sans négliger aucun. Il faut accorder une grande attention à l’écoute et le respect des informations météorologiques, la pratique des techniques culturales spécifiques pour chaque spéculation ou variété et l’intégration des variétés améliorées qui sont de courte durée et adaptables au changement . L’équipement agricole est incontournable. Le changement de pratique en fonction des périodes doit être le combat de tout producteur, estime-t-on à l’Agence Mali-météo.

C.A.DIA

L’Essor du 10 Décembre 2013

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés