Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  L’Indépendant
Aéroport de Bamako-Senou : départ d’ATT au Sénégal sous des chahuts et crachats…

Après presque dix années passées au pouvoir, l’ancien Président Amadou Toumani Touré, renversé par un coup d’Etat dans la nuit du 21 au 22 mars 2012, a décidé de quitter le Mali pour une terre d’exil, en l’occurrence Dakar au Sénégal où le président Macky Sall lui a accordé l’asile. C’est ainsi qu’avec l’autorisation du CNRDRE, un avion de la présidence sénégalaise a atterri le jeudi 19 mars à l’aéroport de Bamako-Senou pour embarquer l’illustre passager et une dizaine de membres de sa famille et de sa garde rapprochée

Mais une scène insolite allait se produire avant l’embarquement : des militaires mécontents de voir le président déchu quitter le pays, sans autre forme de procès, l’ont vivement interpellé, en lui crachant de sales mots et en le huant. Pire, ils se sont opposés à ce qu’il prenne l’avion sans écouter les invectives qu’un militaire tenait coûte que coûte à lui faire entendre. Pour finir, ils s’opposèrent au départ de l’ancien président au motif qu’ils n’ont pas été informés de cela. Il aura fallu un coup de fil du capitaine Sanogo, l’homme fort du CNRDRE, pour que ces illustres passagers soient autorisés à monter à bord de l’avion présidentiel sénégalais. Et là encore, il y aurait eu des tirs en l’air quand ATT et son épouse Madame Touré Lobbo escaladaient les marches conduisant à l’avion. Dans la peur qui s’en est suivie, ATT aurait perdu ses lunettes et Madame Touré Lobbo a failli tomber en syncope. Triste départ pour un général qu’on croyait si bien aimé de la troupe…

…Blessé, Soumaïla Cissé a failli ne pas pouvoir s’envoler pour la France

Blessé à la hanche lors de son arrestation quand les gros bras à son service avaient tenté de l’exfiltrer de sa chambre située au premier étage, Soumaïla Cissé a été autorisé, le vendredi 20 avril 2012, par le CNRDRE à aller se faire soigner en France.

Là encore, ce départ allait être mouvementé. Les vrais maîtres de l’aéroport, c’est-à-dire les militaires, ont dit n’avoir pas été informés du départ pour l’étranger de l’ancien président de la Commission de l’UEMOA et candidat de l’URD à l’élection présidentielle. Surtout qu’il venait d’être libéré 24 heures seulement plutôt avec 21 autres personnalités civiles et militaires suite à l’intervention du Premier ministre Dr Cheick Modibo Diarra auprès du président du CNRDRE, le capitaine Amadou Haya Sanogo.

Face au refus catégorique des militaires de laisser Soumaïla Cissé quitter le pays pour recevoir des soins en France, c’est encore le capitaine-président du CNRDRE qui a dû encore prendre son combiné pour dénouer la situation. Ainsi, le mentor de l’URD a pu prendre son vol. A la différence qu’il n’y a eu ni insulte ni invective encore moins crachats à la figure devant femme et enfants. Comme c’est arrivé avec ATT.

Rassemblés par Mamadou FOFANA

Le 23 Avril 2012

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés